L'hôtel Ponsardin et le passage de Nicole, future veuve Clicquot

Vinaigrette 0
L'hôtel - ©G.Garitan / CC-BY-SA L'hôtel - ©G.Garitan / CC-BY-SA
Hôtel Ponsardin Hôtel particulier Veuve Clicquot

Une maison rémoise

Ce qui était autrefois le bel hôtel particulier des Ponsardin abrite aujourd'hui la Chambre de commerce et d'industrie. Les Ponsardin (qui ont des « armes parlantes », une petite sardine nageant sous un pont), vous les connaissez peut-être... Vous connaissez au moins le champagne de la fille Ponsardin, Barbe-Nicole... la veuve Clicquot !

Tout commence lorsque la veuve d'un certain Adrien Ponsardin achète une maison à Reims en 1777. Située rue Ceres, elle ne paie pas de mine ! Pas encore... Il faut attendre l'arrivée de Ponce-Jean-Nicolas-Philippe Ponsardin, le fiston. Ponce est né en 1747.

Il est à la veille de la Révolution à la tête de la plus importante manufacture de la ville. Le plus riche aussi ! Quand il reprend la maison en 1793, à la mort de sa mère, il a des idées de grandeur. Alors, il fait construire l'hôtel actuel à l'emplacement de la vieille maison.

Dehors la médiocrité, place au grand, au luxe, au démesuré. Bah tiens, il se ruine pour ça, Ponce ! Mais au moins, l'hôtel est le plus beau de la ville, avec ses grands salons de réception, ses boiseries délicates, son mobilier somptueux et sa superbe rampe d'escalier ! Royal, comme décor, non ?

Nicole Ponsardin, la veuve Clicquot

Mais Ponsardin, aussi maire de Reims puis député de la Marne et baron de l'Empire, a eu une fille unique... si si, la célèbre veuve... la veuve Clicquot, qui avant de faire dans le champagne, s’appelait Barbe-Nicole Ponsardin.

Lorsque son père meurt en 1820, sa mère habite l'hôtel puis Nicole l'acquiert et l'habite avant de se faire construire le château de Boursault...

Elle le garde jusqu'à sa mort, puis c'est sa fille et son gendre le comte de Chévigné qui devaient le recevoir. Mais sa fille mourant 3 ans avant elle, c'est sa petite-fille Marie-Clémentine qui le reçoit en héritage, puis son arrière-petite-fille qui avait épousé le duc de Crussol d'Uzès...

Du beau monde ! La Chambre de commerce a pris possession des lieux dès 1880. D’ailleurs, l'hôtel se visite pendant les Journées du patrimoine, tous les ans en septembre... Courez-y vite, sur les pas des Clicquot-Ponsardin !


Et encore !