L'homme écrasé de la Laugerie-Basse

Vinaigrette 0
L'abri - ©Pymouss / CC-BY-SA L'abri - ©Pymouss / CC-BY-SA
Abri de la Laugerie-Basse Cavité naturelle Site préhistorique Accident Exploration

Scoop : un homme écrasé à la Laugerie !

Eboulis mortels

L’abri de la Laugerie-Basse fait partie de l’ensemble dit « grottes du Grand-Roc ». Une des nombreuses cavités naturelles du site des Eyzies, sur la Vézère (24)... terre préhistorique par excellence ! Et ici s’est déroulé un drame... il y a bien longtemps ! Oui, la grotte est habitée depuis 14 000 ans.

Un beau soir, alors que la nuit vient juste de tomber, un homme tout fourbu de sa journée de chasse s’installe pour se reposer, tête du côté de la rivière, pieds tournés vers la paroi rocheuse de la grotte. L’air est doux et embaume la terre mouillée. Déjà, ses paupières se ferment et sa respiration se fait plus lente...

Sauf qu’un bruit le réveille. Un craquement sec. Craquement suivi de bruit de pierres qui s’entrechoquent ! Paniqué, il a juste le temps de replier ses genoux sous son menton... avant que des tonnes de roches décrochées de la falaise ne viennent l’écraser puis l’ensevelir. Mince, alors ! Un fait divers préhistorique !

Le squelette retrouvé

On entend parler de cette histoire pour la première fois dans un journal scientifique de 1872 (année de la découverte du squelette) et voilà qu’on trouve un petit nom à l’inconnu : « l’homme écrasé de Laugerie-Basse ».

Notre homme en peau de bête n’est sûrement pas le premier ni le dernier à mourir de cette façon. Mais lui, on a retrouvé son squelette ! Un corps couché sur le côté, en position fœtale, main gauche sous la tête, main droite sur le cou, une jambe repliée, la colonne vertébrale et le bassin écrasés par un bloc de pierre encore en place.

La visite de la Laugerie-Basse

15 mètres de profondeur, 50 m de long : la grotte de la Laugerie se compose de 2 abris sous la roche. Au total, près de 1000 m2 de concrétions : stalactites, stalagmites, pendeloques...

Les premières fouilles connues date de 1860 : on y découvre dans les années suivantes des ossements d’animaux, des outils et des statuettes de l’époque magdalénienne, comme des petites bonnes femmes dont la célèbre « Vénus impudique » : la première statue humaine découverte en France ! Elle se trouve au musée de l’Homme à Paris.


Et encore !