Levroux, sa maison Saint-Jacques... ses lépreux ?

Vinaigrette 0
L'homme sauvage - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA L'homme sauvage - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Maison Saint-Jacques de Levroux Maison Epidémie

La maison

Sur la place Ernest-Nivet, l'office de Tourisme a trouvé un bien joli endroit où s'installer, dans cette belle maison gothique à pans de bois, construite entre 1536 et 1547. Elle porte ce nom de Saint-Jacques, pourquoi ? Parce que les pèlerins allant à Compostelle s'y arrêtaient : Levroux et les reliques de saint Sylvain sont une étape importante !

Levroux et les lépreux

L'homme sauvage

Près de la porte, regardez : un ange porte les armes d'Anne de Bretagne (les hermines) tandis qu'un autre tient les lys de France. A l'angle de la maison, attention : un superbe homme sauvage nous regarde ! L'homme sauvage tient une place de choix dans l'iconographie médiévale.

Couvert de poils, armé d'un gourdin, il représente le lien entre le monde civilisé et la nature sombre et sauvage. Mais le Guide de la France religieuse et mystique (éd Tchou) voit dans notre homme sauvage la représentation d'un lépreux, qui, à l'aide de son bâton, empêche quiconque de s'approcher de lui...

De la lèpre à Levroux

Pourquoi pas ! Après tout, Levroux tient son nom du latin leprosus, « lépreux » : on dit que saint Martin vint dans la ville soigner un lépreux : miracle ! Il y arriva et fonda un hôpital ; et la ville prit son nom de Leprosum ou Leprosus, future Levroux...

Au Moyen-Age, l’hôpital devient une grande léproserie où viennent aussi les pèlerins malades. Pour guérir, les lépreux allaient se recueillir dans la collégiale sur le tombeau de saint Sylvain, réputé pour soigner la maladie du « feu de saint Sylvain », une vilaine affection de la peau...


Et encore !