L'escadron de la Médicis, les histoires de fesses d'Henri

Vinaigrette 0
Catherine de Médicis - ©Dennis Jarvis / CC-BY-SA Catherine de Médicis - ©Dennis Jarvis / CC-BY-SA
Château de Nérac Château Adultère Reine Margot Henri IV Catherine de Médicis Guerre de Religion

Du massepain ? Non, un gamin !

Catherine de Médicis débarque à Nérac avec son « escadron volant », demoiselles pleines de charmes destinées à calmer les mâles ardeurs de ces messieurs, en pleine période (tendue) de guerres de Religion...

Un escadron choisi par ses soins, composé de mesdemoiselles Lerebours, d'Ayelle... et de Françoise de Montmorency-Fosseux, dite La Fosseuse. La fameuse Fosseuse, vous la connaissez ? Henri, lui, l’appelle « sa fille » et adore la faire sauter sur ses genoux.

Mais voilà que la Fosseuse se plaint de maux d'estomac... bah, surement à cause de tous ces massepains que lui a offert Henri... Non ? Non, que nenni, le massepain ! Elle est grosse... Mordiou, et la voilà qui commence à se voir reine, à faire des siennes !

Chut, on ne veut pas que l’affaire s’ébruite : Margot, après avoir servi de chaperon à la Fosseuse, fera office de sage-femme... pour l’aider à accoucher d'une fille mort-née.

Hop, elle dégagera, après une histoire de quelques années avec Henri. Henri, c'est qu'il a le coup de foudre facile ! Plus tard, la belle Corisande sera son nouveau béguin... mais ça, c'est une autre histoire !

Amour, guerre et boxon

Du coup, toutes ces petites histoires de fesses (euh, pardon d’amour) ont donné naissance à la 7e guerre de Religion, ou « guerre des Amoureux » : parce que ça folâtre sec à Nérac ! D’un côté Henri et ses donzelles et de l’autre Margot et ses beaux galants. Ah, oui, Margot, on l’avait un peu oubliée là-dedans.

Elle fait tourner toutes les têtes à Nérac, surtout celui du beau vicomte de Turenne, qui n’a d’yeux que pour elle... Du coup, le roi Henri III est mis au courant de ce joyeux boxon, et se moque : ça ne plaît pas du tout à Margot, qui décide d’envoyer ses courtisanes monter les hommes contre le roi ! L’amour ou la guerre, faut choisir...


Et encore !