Les secrets de la statue d'Henri IV sur le pont Neuf

Vinaigrette 0
Statue d'Henri IV, pont Neuf - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Statue d'Henri IV, pont Neuf - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Pont-Neuf de Paris Pont Statue Henri IV

La construction du Pont-Neuf s’achève en 1605 : Henri IV le traverse à cheval, suivi par un immense cortège... Tiens, Henri IV ! Quid de sa statue ?

Retour sur l'histoire de la statue originelle et révélation sur un secret bien caché !

La statue d'Henri IV, de Livourne à Paris

Un grand-duc, un naufrage

Notre histoire commence en Italie !

Ferdinand Ier de Médicis, grand-duc de Toscane, avait fait fondre un grand cheval de bronze, dans l'idée, ensuite, d'y mettre son effigie dessus. Mais il meurt entre temps.

Le nouveau grand-duc, Cosme II, décide d'offrir le cheval à sa tante, Marie de Médicis, après la mort de son mari Henri IV.

On embarque la statue en 1613, depuis le port de Livourne en Toscane, mais le rafiot coule en Sardaigne... avec le dada dans les cales !

On le repêche un an plus tard : je ne vous raconte pas l’histoire pour remonter ce colosse complètement ensablé ! On y arrive, et le voilà qui débarque enfin sur le pont Neuf en 1614.

La statue de Louis XIII

Mais c’est un cheval sans cavalier, qui reste là pendant 20 longues années...

Il faut attendre 1635, pour que Louis XIII fasse ajouter la statue d’Henri son paternel sur le cheval.

A l'effigie du roi s'ajoutaient des esclaves enchaînés, aujourd’hui conservés au Louvre !

Mais attendez ! La statue se fait « dépecer » et flanquer dans la Seine, pendant la Révolution...

Seule rescapée de la trempette : une jambe qu’on exposera au musée du Louvre !

Les secrets bien cachés de la statue actuelle

Un ventre bien rempli !

Louis XVIII inaugure la statue actuelle, en 1818.

Sans surprise, on sait que le piédestal contient :

• une boîte pleine de pièces or et argent de 1817 ;

On sait que le ventre du cheval renferme :

• le procès-verbal de l’inauguration de 1818 ;

• des bouquins relatifs à Henri IV (la Henriade de Voltaire, les Economies royales du ministre Sully) ;

• 25 médailles célébrant les hauts faits du règne du roi et ceux de la famille des Bourbons, comme l'accession au trône de Louis XVIII, après la chute de Napoléon)

D'ailleurs, en novembre 2004, le ministre de la Culture a ouvert les boîtes scellées, à l’occasion de la restauration de la statue.

Mais des surprises inédites restent à découvrir !

Le ciseleur bonapartiste

Le roi Louis XVIII commande la statue au sculpteur Lemot.

Ce Lemot a un ciseleur, dans son équipe, un certain Balthazar Mesnel.

Et dire que Mesnel est un anti-monarchiste... fana de Napoléon Ier, l’empereur exilé et remplacé par les Bourbons, de retour sur le trône !

Alors, quand on se sert du bronze de la statue du Napoléon qui surmontait la colonne de la place Vendôme, abattue après l’exil de l'empereur, pour fondre la statue d'Henri IV, ça fend le cœur de Mesnel !

Quand il reçoit la statue dans son atelier parisien, il offre d’abord de la racheter. On refuse : il faut la fondre !

Indigné, Mesnel prépare sa petite vengeance...

Il place des pamphlets et des chansons bonapartistes dans le bidon du cheval, plus une petite statue de Napoléon dans le bras droit de sa statue d'Henri IV.

Il en remplit plusieurs boîtes et hop, les cache dans le quadrupède.

N.B. : Pour les curieux, le compte-rendu des trouvailles de 2004 se trouve à cette adresse.


Et encore !