Les petits trésors de la collégiale Saint-Agricol

Vinaigrette 0
La façade - ©Velvet / CC-BY-SA La façade - ©Velvet / CC-BY-SA
Collégiale Saint-Agricol Collégiale

Une des plus vieilles églises d'Avignon !

Agricol et sa légende

Voilà la plus ancienne église de la ville avec la cathédrale ! Elle a été fondée en 680 et dédiée à Agricol, 40e évêque et saint patron d'Avignon. Ici, on invoque Agricol particulièrement dans les cas de grandes sécheresses ! Mais il aurait aussi, dit la légende, protégé la ville des serpents qui l'infestaient à l'aide de cigognes...

Clocher et tout le toutim

Aah, mais revenons à des choses plus terrestres : l'église ! Commençons par l'extérieur. La façade précédée de son large escalier date du XVe s, avec des statues dues au sculpteur lorrain Ferrier Bernard, alors installé à Avignon. Elles représentent la Vierge agenouillée en compagnie de Dieu qui lui envoie le Saint-Esprit.

Si vous levez le nez, vous verrez le clocher carré commencé en 1537. Les étages supérieurs datent de 1545 et le tout a été achevé en 1746 seulement ! La collégiale actuelle date de 1321, fondée le 29 janvier de cette année par le pape Jean XXII qui y installe un chapitre de chanoines.

Ce pape y fait aménager de sa poche plusieurs chapelles entre 1323 et 1326 : celle de Saint-André, de Saint-Naufary et de Tous-les-Saints. D'autres chapelles suivront au cours du XIVe s : la chapelle des Grillets, celle de la Vierge (aménagée pour Pierre de Blanc marquis de Brantes, sur les plans de Jean-Baptiste Péru).

Des trésors à l'intérieur

L'intérieur date du XVIIe s. Entrons un peu : vous aurez peut-être remarqué la nef et les deux bas-côtés flanqués de chapelles ! L'église conserve beaucoup de choses passionnantes. Ca tombe bien, on va voir ça de ce pas !

• On a les reliques d'Agricol bien sûr, mais aussi celles de son père, Magne.

• La famille Perrussis, le cardinal Laurent Strozzi, l'évêque de Viviers Eucher de Saint-Vital, le célèbre peintre avignonnais Pierre Mignard mort en 1725 y reposent. En parlant de Mignard, on voit quelques unes des toiles de son père Nicolas dans le bas-côté gauche, dont Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

• Allez, avançons jusqu'au bas-côté droit : voilà le retable de l'Ave Maria. Il date de 1525 ! Réalisé en marbre par le sculpteur avignonnais Imbert Boachon, il représente l'Annonciation. On l'appelle retable, mais en fait ce serait le tombeau de la famille Doni ! Ici, venez voir : le très bel autel en marbre réalisé par Jean-Baptiste II Péru en 1765.

Il se trouve dans la chapelle de la congrégation des Pauvres Femmes. Là, des statues en marbre blanc de saint Jean et sainte Elisabeth signées Jean Péru. Les Péru, une grande famille d'architectes et de sculpteurs originaire des Vosges : Jean, son fils Jean-Baptiste, son petit-fils Jean-Baptiste feront des merveilles à Avignon !

• On voit aussi une belle statue de la Vierge de Coysevox, dans la chapelle de la Vierge aménagée par Péru.


Et encore !