Les petites histoires de la cathédrale des marais

Vinaigrette 0
La collégiale - ©Devisme.alain / CC-BY-SA La collégiale - ©Devisme.alain / CC-BY-SA
Collégiale Saint-Victor et Sainte-Couronne d'Ennezat Collégiale

Cheveux blancs et pierre de lave

Oyé oyé, bonnes gens... Il fut un temps où les comtes d'Auvergne avaient trouvé l'herbe plus verte et l'air plus pur, à Ennezat. Tellement que l'un d'eux, Guillaume III, vieil homme à la tête toute blanche (on le surnommait Tête d'Etoupe), décide d'y faire construire un luxueux palais, au Xe s...

Son successeur, Guillaume IV, déboule et fonde un collège de 12 chanoines réguliers, à la fin du XIe s. Et oui ! Voilà que se construit la jolie collégiale romane en pierre d'arkose (souvent utilisée en Auvergne dans la construction d'églises romanes) et en pierre de Volvic pour ses parties gothiques.

Les chanoines ont eu un sacré boulot : c'est qu'ils ont dû assainir toute la région, qui n'était qu'un vaste amas de marécages putrides... yeurk ! En attendant, ça a valu à notre église le surnom de « cathédrale des marais »...

On the road again

Mais au fait, en l'honneur de quels saints l'a-t-on construite ? De Saint Victor et sainte Couronne, deux martyrs qu'on vénère particulièrement à Saint-Jacques de Compostelle. C'est peut-être pour ça qu'Ennezat faisait une bonne halte pour les pèlerins sur la longue route vers la Galice ?

Fortifier, qu'y disaient

En tout cas, je peux vous dire que les souverains de l'époque se montrent d'une grande générosité avec la toute nouvelle collégiale ! Philippe Auguste et Henri II d'Angleterre, pour ne citer qu'eux, font de tels dons que les chanoines peuvent aussitôt construire une église. Plus tard, ils la font remanier dans le style gothique, conservant la nef et le transept roman, ne reconstruisant que le chœur.

Quand viennent les guerres de Religion, l'église se fait fortifier, en 1576 : histoire de la mettre à l'abri des protestants alors basés à Issoire. Fortifications malheureusement disparues de nos jours...


Et encore !