Les ivoires dieppois ou comment vous devez oublier que les Portugais ont découvert le Cap-Vert

Vinaigrette 0
Les ivoires du château de Dieppe - ©Raimond Spekking / CC BY-SA / Wikimedia Commons Les ivoires du château de Dieppe - ©Raimond Spekking / CC BY-SA / Wikimedia Commons
Château de Dieppe Château Musée Exploration

Vous vous demandez... le rapport avec Dieppe la Normande, les Portugais et l'ivoire ?

On parle portugais, au Cap-Vert, petite île d’Afrique de l’Ouest flottant au milieu de l’Atlantique.

Car ce sont les Portugais qui y débarquent les premiers, en 1456.

A moins que... j’ai entendu un autre son de cloche !

Que les Dieppois auraient posé le pied au Cap-Vert bien avant les intrépides Portugais.

A l’hiver 1364 ! Carrément un siècle avant. Pour en ramener ce qui allait devenir la spécialité de la ville normande... l'ivoire !

Le château des ivoires de Dieppe

Le château de Dieppe accueille l’actuel musée des Ivoires.

Hé oui ! Le port normand a longtemps été super réputé pour ses ivoires, que les marins ramenaient de leur voyage d’Afrique, au XVIe s. Ici, tenez-vous bien : on a la plus belle collection d’ivoires en Europe... avec près de 2 000 pièces uniques !

Nos marins ramènent tellement d’ivoire, que ça leur donne l’idée de le travailler...

L’âge d’or des sculptures en ivoire de Dieppe date du XVIIe s. On fabrique de tout : petites boîtes, couverts, statues religieuses... Des objets de super luxe, quoi !

Ensuite, la porcelaine vient le détrôner complètement, jusqu’à un gros regain d’intérêt au XIXe s.

Et aujourd’hui ? Contre 300 artisans à Dieppe au XVIIe s, la ville n’en compte plus que 2. La raison principale ? Le commerce international de l’ivoire a été interdit en 1989.

Les artisans travaillent donc sur des stocks d’ivoire achetés avant cette date. De quoi sculpter de petites pièces, seulement.

Une histoire de poivre et d'ivoire entre Portugal et Normandie

Les Dieppois explorent le terrain

Bon. Les Portugais découvrent les premiers le Cap-Vert, en 1456. SOI-DISANT.

Car on lit dans Histoire des colonies françaises et des établissements français en Amérique (Just-Jean-Étienne Roy, 1855) que des marchands de Rouen et de Dieppe mettent le cap vers l’Afrique, en 1364 . Direction le Sénégal et la Guinée.

Hé, minute !

Les Normands qui découvrent les côtes de l’Afrique de l'Ouest avant les Portugais, en 1364 ?!

Ouais. Des Dieppois.

Partis du port normand avec 2 grands navires en novembre 1364, ils débarquent à Noël au Cap-Vert. Après avoir pas mal bourlingué, notamment au Sierra-Leone (« Serre-Lionne »), ils se posent dans un coin qu’ils appellent le Petit Dieppe.

C’est de là qu’ils chargent leur rafiot de morfil (le nom de l’ivoire brut) et de malaguette (un genre de poivre), avant de mettre le cap sur Dieppe au printemps 1365.

Les barbes rousses perdent du terrain

Les allers-retours des Normands au Cap-Vert durent jusqu’au règne de François Ier.

Hé oui ! Les Portugais, débarqués au Cap en 1456, s’en mêlent : les indigènes leur avaient rapporté que souvent, des hommes blancs habillés tout comme eux, mais avec une barbe rousse, venaient souvent ici.

Des roux... ben quoi ?! Les Normands !

Bim. Les Portugais coulent les bateaux français et font des prisonniers, dit le volume 9 de France, dictionnaire encyclopédique.

Mais pire : les Anglais sillonnaient les eaux africaines, aussi. Et une guerre contre eux faisait rage en France, à l'époque. En Normandie, surtout.

Son nom ? La guerre de Cent Ans. C’était bien le moment de s’établir en Afrique... Voilà pourquoi les Français abandonnent définitivement la place à nos Portugais, qui s'installent et prospèrent bientôt sur leur Cabo Verde !

Ca, c’est le voyageur Villault de Bellefond qui le raconte en 1666 dans Relation des côtes d’Afrique appelées Guinée, au retour de son voyage sur les côtes d’Afrique.


Et encore !