Les histoires d'eau du pont du Gard

Vinaigrette 0
Le pont - ©Mammoura / CC-BY-SA Le pont - ©Mammoura / CC-BY-SA
Pont du Gard Pont Aqueduc Gallo-romain

Un aqueduc ! A quoi peut donc bien servir cette construction et ses triples rangs d'arcades franchissant la vallée du Gardon? A l'époque antique de sa construction, soit au Ier siècle après Jésus-Christ, la petite source d'eau sacrée appelée Nemausus ne suffit plus pour la population toujours plus nombreuse de Nîmes. L'aqueduc permet l'acheminement du précieux liquide, depuis les sources de l'Eure à Uzès, jusque dans les quartiers de la ville en passant sous le capitole, débouchant dans le castellum divisorium, le château d'eau. De là, une partie passe sous la tour Magne et aboutit aux thermes et aux divers bassins.

Avec ses 52 arches et ses 50 m de haut, son débit quotidien de 20 000 m3, le pont est un chef-d'œuvre ! On l'oublie pourtant dès le IVe siècle... les habitants de la région viennent même piquer ses pierres pour construire leurs maisons ! Il faut attendre le XIXe siècle pour que Napoléon III entreprenne sa restauration. Une légende... enfin, plus qu'une légende, une inscription retrouvée dans les thermes de Nîmes voudrait que l'aqueduc ait été construit par le favori d'Auguste, Vipsanius Agrippa, pendant son séjour dans la ville.


Et encore !