Les frères Debray au moulin de la Galette : dépeçage et bal public

Vinaigrette 0
Le moulin de la Galette - ©Giorgio Galeotti / CC-BY Le moulin de la Galette - ©Giorgio Galeotti / CC-BY
Moulin de la Galette Moulin

Meuniers V.S. Russes

Une seule et même famille de meuniers a été proprio du moulin depuis le XVIe s : les Debray. Meuniers des abbesses de Montmartre, rien que ça ! Mais là, on est 1812. Le petit Napo Ier a conquis toute l’Europe. Toute ? Nan : pas la Russie. Il la lui faut ! Hop, la guerre commence en juin, pour se finir en décembre !

Le p’tit Napo gagne, au départ. Mais les Russes reprennent du poil de la bête et c’est la défaite. Napo rentre en France la queue entre les jambes. Avec toute l’Europe à ses trousses, qui le 30 mars 1814, déboule aux portes de Paris. Les 4 frangins Debray et le fils de l’un d’eux se battent contre les Russes, toute la journée.

Lutte acharnée

Des ennemis qui attaquent alors la butte de Montmartre de tous les côtés. 3 frangins se font tuer. Et dans la soirée, les Russes assiègent la butte où se trouve le moulin de la Galette. Mais l’aîné des Debray n’a pas dit son dernier mot : il n’a pas quitté son poste et fait tirer deux canons sur l’ennemi, BAM, pour se venger et sauver son moulin.

L’ennemi, surpris, se planque. Un des Russes demande qui tire comme ça. Pas de réponse. Enfin, si. Sanglante, celle-là. Le fils Debray le tue d’un coup de pistolet. Riposte : il se fait sauvagement passer à tabac pendant que son père se fait poignarder puis couper en quatre morceaux. Vous en voulez encore ?

Scène d'horreur

Accrochez-vous bien : les morceaux sanguinolents sont attachés à chaque aile du moulin... La pauv’ madame Debray : imaginez qu’à la nuit venue, inquiète de ne pas voir rentrer son mari, elle déboule au moulin pour tomber sur ça : une scène d’horreur totale. Elle mettra les restes de son mari dans un sac de farine et l’enterrera au cimetière du Calvaire.

Un petit cimetière attenant à l’église Saint-Pierre de Montmartre, où on voit toujours sa tombe... Le fils Debray, lui, va survivre. Mais en restera toute sa vie gravement diminué. Et comme il adorait la danse, il fait de son moulin de la Galette, dès 1833, un bal public devenu très vite super populaire...


Et encore !