Les Bouches Inutiles du Château-Gaillard

Vinaigrette 0
Château-Gaillard - ©Andy Hay / CC-BY Château-Gaillard - ©Andy Hay / CC-BY
Château-Gaillard Château Philippe II Auguste Siège

Septembre 1203. Le roi Philippe Auguste en a gros : il veut assiéger le château de Château-Gaillard et reprendre la place aux Anglais, non mais ! Ca ne sera pas facile : un siège de 4 longs mois va commencer... Et à un moment se déroule le célèbre épisode des « Bouches inutiles ».

L'horreur dans les fossés

Les villageois des Andelys (1500 âmes) subissent le siège de plein fouet. Ils ont peur. Ils viennent se réfugier derrière les murs du château, pendant un moment. Mais les Anglais finissent par les chasser. Le motif ? Pas assez de provisions pour tout le monde (hé, ils ont un siège à tenir).

Hommes et femmes n’ont plus qu’à rebrousser chemin vers Les Andelys... Les Français laissent passer 1000 d’entre eux, mais les derniers n’ont plus l’autorisation de passer leurs lignes, à la fin. Alors, coincés dans la 2e enceinte, repoussés des deux côtés, tous vont mourir de froid et de faim. Lentement.

Trèèès lentement, dans les fossés du château, allant jusqu’à s’entre-dévorer. Achille Deville dans son Histoire du Château-Gaillard (1829) décrit les horreurs qui se passent dans ces fossés qu’on voit toujours aujourd’hui. Les pauvres gens mangent ce qui leur passent sous la main : mousses, herbes rares, chiens errants.

Un jour, une poule passe les lignes françaises et tombe dans le fossé. Ceux qui restent la dévorent entière, « avec ses plumes et la fiente de ses intestins. » Aussi, un jour, une femme accouche. A peine le bébé pousse son premier cri qu’on lui arrache pour le dévorer morceau par morceau !

Les latrines ?

En attendant, du côté français, on se rend à l’évidence : Château-Gaillard est im-pre-nable. Le sergent Pierre Bogis étudie les plans et propose une chose : la seule chance de forcer l’entrée du château, c’est de passer par les latrines.

Et l’entrée de ces latrines se fait... sous la chapelle. Oui, même les chroniqueurs de l’époque comme Guillaume le Breton disent que l'emplacement est plutôt bizarre. Pas très respectueux de la sainteté de l’endroit, quoi !

Mais latrines ou pas, les troupes françaises envahissent le château, et le siège prend fin. Cocorico, la Normandie redevient française. Château-Gaillard sera tranquille jusqu’à la guerre de Cent Ans... et cette fois, promis : pas de siège par les latrines !


Et encore !