Les aventures d'Honorat à Lérins : une histoire de flamme qui monte et de serpents

Vinaigrette 0
Abbaye St-Honorat de Lérins, le cloitre et son puits - ©Yves Tennevin / CC-BY-SA Abbaye St-Honorat de Lérins, le cloitre et son puits - ©Yves Tennevin / CC-BY-SA
Abbaye de Lerins Abbaye Miracle Légende

Une flamme pour un fiston royal

On fait remonter la fondation de l'abbaye de Lérins au Ve s. Ca date !

Un certain Honorat s'installe dans une grotte humide au milieu des jolies montagnes de l'Esterel. Attirés par cet ermite, les disciples déboulent de partout et on ne tarde pas à voir se développer un petit monastère.

Honorat ? Oui, sa vie a été rapportée par le troubadour provençal Raymond Féraud dans sa Vida de sant Honorat (XIIIe s).

La légende fait d’Honorat le fils d’Andrioc, roi mahométan de Hongrie, et de la reine Hellenbore. Un peu avant la naissance de son fiston, celle-ci rêve qu'elle accouche d'une flamme en forme de haute colonne, qui monte vers le ciel.

Le roi, en déplacement à ce moment-là, rêve lui aussi de la flamme, au même moment !

Mhh... Que voulait-elle bien dire, cette flamme ?! Des anciens disent au couple qu’elle représente leur fils à venir, qui sera chrétien et combattra les Sarrasins quelque part en Provence...

Ce qu'Honorat fait avec les serpents

Et voilà Honorat qui déboule en Provence. Il choisit une petite île encore déserte, au large de Cannes. Ouuuh, toute jolie, l’île.

Mais infestée de terribles serpents. Des tas de serpents, partout, partout ! Surtout deux énormes reptiles, Léri et Rin, qui plus tard donneront leur nom à Lérins, dit le troubadour Raymond Féraud dans sa biographie d’Honorat...

Notre Honorat ne se démonte pas : hop, une petite prière et voilà les bestioles qui crèvent toutes jusqu’à la dernière. Mais leurs cadavres restent sur place, commencent à pourrir et imprègnent bientôt l'air d'une odeur horrible !

Honorat grimpe à un palmier, refait une petite prière et bientôt, une énorme vague déferle sur l'île, balayant les serpents... C’est comme ça que ledit palmier se retrouve sur le blason de l'île de Lérins !

Pas une goutte ! Honorat a la solution

Nouveau problème : pas d'eau sur l'île de Lérins ! Honorat charge donc saint Véran de lui creuser un puits. Mais il a beau creuser tout son soûl, pas moyen de faire surgir cette maudite flotte...

Décidément, on est mieux servi que par soi-même, se dit Honorat, qui chope un bâton et frappe la roche, trois fois : aussitôt l'eau jaillit, fraîche et abondante !

On voit toujours le « puits de saint Honorat », avec son inscription qui rappelle le miracle.


Et encore !