Les 4 coins du monde réunis au jardin Albert-Kahn

Vinaigrette 0
Le jardin japonais - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Le jardin japonais - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Jardin Albert Kahn Jardin

Albert Kahn et sa fondation

Un Alsacien à Paris

Albert naît en 1860 à Marmoutier en Alsace au sein d'un milieu aisé : ses parents sont des commerçants. Le jeune Albert vient travailler à 16 ans à Paris : il commence comme confectionneur à Montmartre puis devient employé de la banque des frères Goudchaux.

Il continue aussi ses études, en parallèle, obtenant bientôt une licence de droit. En 1898, il peut enfin ouvrir sa propre banque : sa fortune est faite !

Fraternité !

Le voilà qui peut, entre 1898 et 1931, s’atteler à son grand projet : développer la paix et la fraternité entre les peuples. Pour ça, il crée des fondations pour développer la coopération entre les hommes, envoie des armées de photographes faire des films à travers le monde...

Mais la folie des hommes le rattrape... le krach de 1929 le ruine complètement. C'est la préfecture de la Seine qui achète sa propriété en 1936. Le conseil général des Hauts-de-Seine devient propriétaire de la maison en 1964 : il crée le musée, installé dans l'ancienne maison d'Albert, en 1986.

Une énorme collec'

Aujourd'hui, outre les expositions temporaires, on peut découvrir une étonnante collection, la plus grande de ce type dans le monde : 4 000 plaques stéréoscopiques (photos noir et blanc en relief), 72 000 plaques autochromes (procédé en couleur inventé en 1907 par les frères Lumière).

Sans oublier des heures de films... Tout ça collecté à travers le monde entier, aux frais d'Albert qui a envoyé ses équipes de « reporters » un peu partout !

Les jardins

On vient principalement ici pour les jardins : je vous conseille d'y aller en été et au début de l'automne. Les fleurs, les fruits, les couleurs... ne sont jamais aussi beaux qu'à ces époques de l'année.

Albert a créé un jardin à son image, à l'image en tout cas de son idéal de paix : des jardins des 4 coins du monde réunis en un seul endroit ! Deux jardins japonais, un jardin à la française, un verger et une roseraie, une forêt vosgienne, une forêt dorée, une prairie, une forêt bleue... Allons découvrir ça de plus près !

Le village japonais

C'est un village reconstitué, créé à la fin du XIXe siècle. Des paysagistes sont venus exprès du Japon pour le mettre en place, après un voyage d'Albert au pays du Soleil Levant... Les deux maisons viennent de là-bas.

On en comptait une 3e jusqu'en 1952 : une pagode de 5 étages !... Albert nouera des liens profonds avec le Japon, notamment avec son ambassadeur à Paris et avec la famille impériale, qu'il reçoit ici, dans sa propriété !

Le jardin anglais

Une grande pelouse et une rivière tranquille peuplent ce paysage. Un pont en rocaille et une maison traditionnelle, type normande, agrémentent le tableau !

La forêt des Vosges

3 000 m2 de forêts de montagne, comme Albert en a connu dans sa jeunesse !

La forêt dorée

Pourquoi dorée ? A cause de ses bouleaux qui deviennent dorés en automne...

La forêt bleue

Des cèdres de l'Atlas et des épicéas du Colorado : voilà une belle évocation du rêve de paix et de fraternité entre les peuples d'Albert ! Quand l'Amérique et l'Afrique se rencontrent...

La roseraie et le verger

Jolies tonnelles et fruits au mois d'été. Une belle promenade qui se termine par la grande serre : le jardin d'hiver d'Albert qui venait souvent là se reposer.

Le jardin à la française

Crée à la toute fin du XIXe siècle par les célèbres paysagistes Achille et Henri Duchêne.

Le second jardin japonais

Une création récente (1988), réalisée par le paysagiste Fumiaki Takano à l'emplacement des jardins créés en 1908 par Albert après un second voyage au Japon. Il est magnifique celui-là !

On s'amuse à sauter de galet en galet entre les carpes koï qui nagent paisiblement sous les nénuphars, on rêve sous les feuilles rouges des arbres qu'on croirait tout droit sortis d'un tableau à l'encre de Chine...


Et encore !