Le terrible Renard et sa bande enfermés au château de Dourdan

Vinaigrette 0
Le château - ©GFreihalter / CC-BY-SA Le château - ©GFreihalter / CC-BY-SA
Château de Dourdan Château

Les violences les plus noires...

Criez, au milieu de la campagne paumée du XVIIIe s !

Personne ne vous entendra. Personne !

Il faudra des années pour enfin arrêter l’horrible bande de Renard et le flanquer sous les verrous, au château de Dourdan.

Le donjon-prison qui avait déjà vu passer La Hire, le compagnon de Jeanne d’Arc mais aussi Jeanne de Bourgogne, princesse des Rois Maudits...

Renard narguent les gendarmes

1760. Une bande de brigands sanguinaires terrorise la région de Dourdan.

Leur chef ? Renard. Et ses potes, des individus carrément sinistres : Tournetalon, Dur-à-Cuire, le Parisien Bancal...

Les gendarmes de Dourdan n’arrivent pas à mettre la main dessus ! Des gendarmes qui se font carrément narguer par le Renard.

Vous savez ce qu’il fait ?!

Il rentre déguisé dans les tavernes de Dourdan, pour boire des coups avec eux, discute du fait qu’on n’arrive pas à choper Renard, les titille bien... avant de se démasquer !

Là, il les défie, se rue vers la sortie et s’enfuit à cheval.

Il avait bien sûr coupé les sangles des selles des chevaux des gendarmes, pour qu’ils se cassent la figure et ne puissent pas le poursuivre...

Trois fois !

Renard fait le malin... jusqu’à janvier 1764, où le bandit et 36 de ses hommes (et femmes) se font arrêter.

Enfin ! Il avait fallu mobiliser la maréchaussée de toute la région pour ça, mais enfin, on les tenait !

On les enferme dans une tour du château de Dourdan.

De grosses chaînes les entravent. Et c’est parti pour la torture, les aveux...

Mais une nuit, Renard en a marre : il brise ses fers. On le retrouve libre, le lendemain matin, debout, tout nu, au milieu de son mitard !

On le ré-enchaîne. 3 fois, Renard parvient à briser ses fers, malgré la garde !

Les serrures fracturées

Vous imaginez la gueule des gens, dehors ?

Savoir qu’à Dourdan, on n'est même pas foutus de garder enfermés des prisonniers aussi dangereux que la bande de Renard ?

Le pire arrive en juillet. Renard se révolte et se fait la malle avec tous ses potes.

Oui, vous avez bien entendu : ils ont réussi à briser toutes leurs chaînes et faire péter toutes les serrures... en foutant le feu aux portes avec un bête caillou et de la paille !

Même au trou, Renard fait trembler la ville... C’est terrible, non ?

Le procès, enfin !

Toute l'année 1764 et une partie de 1765 se passe ainsi : Renard en prison au château, Renard qui s'échappe, Renard en prison...

Patience : le moment du procès arrive, au début de l'année 1765.

Leurs crimes ?

• 10 « vols à coups de pistolets et de bâtons sur les grands chemins » ;

• 10 « vols par effraction, 32 vols de grains et de bestiaux dans les fermes » ;

• une flopée de meurtres violents (et gratuits) dont le pire a fait 5 victimes d’un coup, une nuit de septembre 1763.

Le tout perpétré dans le coin de Dourdan mais aussi Meaux, Rambouillet et même Pithiviers, près d'Orléans…

La fin de la bande de Renard

Renard et 7 de ses complices seront exécutés sur la place du Marché de Dourdan, entre le 10 et le 18 mars 1766. Un par jour.

Les membres sauvagement brisés à coups de barre de fer, la victime étendue sur une roue, visage face au ciel, agonise lentement.

Le reste des compères de Renard vont tous passer à l’échafaud.

Tous sauf deux, condamnés aux galères à perpète.

Forcés avant ceci à faire le tour de Dourdan, corde au cou, marqués au fer rouge et sous les crachats de la foule…


Et encore !