Le terrible destin de l'héritière de Cordés

Vinaigrette 0
Barbezieux - ©Public domain Barbezieux - ©Public domain
Château de Cordés Château Destin tragique

Jalousie et symphonies exquises

1696. Cela fait maintenant 43 ans que les Alègre vivent au château. Sans trop d’histoires... à moins que ?

Marie-Thérèse, la fille du marquis et seigneur de Cordés, Yves d’Alègre, venait de se marier avec le marquis de Barbezieux, le fils de Louvois (le ministre de Louis XIV) et d’Anne de Souvré. Le mariage, aux dires du père du marié, est somptueux, luxueux : « Je ne vois autour de moi que pierreries, habits magnifiques, linges, étonnant et difficile à croire. Je ne vois que repas somptueux, symphonies exquises. »

Sous les apparences, tout va bien... Sauf que monsieur va voir ailleurs, beaucoup, trop souvent... il l’aime, sa femme, pourtant, mais bon... ça se fait d’avoir une ou plusieurs maîtresses ! Alors la dame, qui aime aussi son mari, décide de le faire revenir auprès d’elle, en titillant sa jalousie : elle jette alors son dévolu sur le duc d’Elbeuf... elle ne veut pas d’une aventure, mais juste de quoi faire revenir le mari !

Zou, au couvent

Mais bientôt, tout le monde est au courant de l’histoire, Barbezieux y compris ! La Cour prend le parti de la dame, en plus. Révolté, le sieur demande à voir son beau-père en toute urgence, pour trouver une solution pour se débarrasser de cette gourgandine mal léchée. Mais la jeune dame tombe malade, le père ne veut pas la brusquer... malade, mon œil ! Le mari, lui, dit qu’elle simule, et ordonne qu’on la mette dans un couvent.

Comme on ne pouvait pas solutionner le problème, on fait appel au roi « au milieu de ce vacarme » comme dit Tallemant des Réaux, qui finit par trancher : on enverra la fille au couvent en Auvergne dès qu’elle sera sur pied. Ledit couvent a été sa dernière maison : elle meurt à peine âgée de 26 ans... Du mari, on n’en entendit plus parler non plus.


Et encore !