Le scandale qui envoie les belles-filles de Philippe le Bel en prison au Château-Gaillard

Vinaigrette 0
La tour de Nesle, Anton Melbye, 1848 - ©Statens Museum for Kunst / CC0 La tour de Nesle, Anton Melbye, 1848 - ©Statens Museum for Kunst / CC0
Château-Gaillard Château Emprisonnement Scandale Philippe IV le Bel

Deux petits moineaux hagards

On les avait vues arriver au Château-Gaillard dans une charrette encadrée d’hommes à cheval, par un jour pâlot de mai 1314.

Deux femmes. Jeunes. Le corps noyé dans une robe de bure toute râpée, les cheveux rasés. Un petit duvet fin et clair commence à repousser sur leur tête toute frêle. Tiens, on dirait deux petits moineaux hagards, les yeux clignotant de tous les côtés.

Vous les avez reconnues ?

Marguerite de Bourgogne, reine de Navarre et Blanche de Bourgogne sa cousine. Belles-filles du roi de France Philippe le Bel, respectivement épouses du futur Louis le Hutin et de Charles de France. Protagonistes des célèbres Rois maudits...

Un scandale les fait toutes deux se diriger vers le sombre Château-Gaillard, en prison : une accusation d’adultère avec leurs amants, les frères d’Aulnay.

La 3e protagoniste s’appelle Jeanne de Bourgogne, la sœur de Blanche, belle-fille de Philippe le Bel aussi, épouse du futur Philippe le Long : elle se retrouve enfermée au château de Dourdan, près de Paris.

Scandale ! Orgies à la tour de Nesle

Quid du scandale, alors ? Marguerite tombe amoureuse du beau seigneur Philippe d’Aulnay et devient sa maîtresse. Blanche prend pour amant le frangin d’Aulnay, Gautier.

Et tous se retrouvent pour leurs parties de jambes en l’air ultra torrides dans la tour parisienne de Nesle. Aujourd’hui disparue, celle-ci faisait partie des remparts médiévaux de la ville, située sur l’actuel bâtiment de l’Institut de France...

Jeanne assiste aussi aux réjouissances, en retrait, mais ne participe pas. Jusqu’à ce qu’on découvre le pot aux roses. Comment ? A l'occasion d'une petite sauterie donnée à l'occasion de la venue d'Isabelle, la fille de Philippe le Bel et de son mari, le roi Edouard II d'Angleterre.

Isabelle n'en croit pas ses yeux. Les frangins d'Aulnay s'affichent... avec deux magnifiques aumônières brodées... celles qu'elle avait offerte à deux de ses belles-soeurs, quelques mois avant ! Les deux gourgandines les avaient refilées à leurs amants...

Isabelle trouve l’affaire trop grave et décide d’en parler à son paternel.

Ca sent le roussi, vous dites ?

La descente aux enfers

On arrête les 2 frères et les 3 princesses. Pour les deux hommes, l'horreur commence. Ecartelés, écorchés vifs, châtrés, du plomb bouillant versé sur leurs plaies, le calvaire s'achève avec la décapitation.

Jeanne sera libérée et deviendra reine de France ; hé, elle n’avait pas participé aux orgies, en fait !

Pour Blanche et Marguerite, l’enfer commence à Château-Gaillard. Le froid de l’hiver, la faim, le néant... Si le mari de Jeanne lui a pardonné, celui de Marguerite (le futur Louis le Hutin), non. Il sera bientôt roi de France après son père Philippe le Bel, et veut se remarier.

Alors, un matin, on retrouve le corps de Marguerite, tout froid sur le sol. Morte. Etranglée.

Blanche ? Elle sortira un jour, transférée à l’abbaye de Maubuisson (95) jusqu’à la fin de ses jours, après l’annulation de son mariage.

Mais saviez-vous que cette affaire de la tour de Nesle, ajoutée à la terrible malédiction des Templiers, a tué le roi Philippe le Bel, à Fontainebleau ? Déjà bien occupé à détruire l’ordre des puissants Templiers, manquait plus que cet énorme scandale...


Et encore !