Le saint Suaire de Cadouin... Un mystère ?

Vinaigrette 0
L'abbaye - ©Jochen Jahnke / CC-BY-SA L'abbaye - ©Jochen Jahnke / CC-BY-SA
Abbaye de Cadouin Abbaye Cistercien

Allez, petite devinette ! L'abbaye, fondée en 1115 par Géraud de Sales, devient le centre d'un important pèlerinage, sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Mais quel est donc l'objet de ce culte ?... Un saint suaire, rapporté par un prêtre périgourdin à son retour de croisade, qui l'aurait reçu d'un pèlerin à qui l'évêque du Puy l'avait confié. On construit alors immédiatement une petite chapelle à Cadouin pour accueillir ce si précieux tissu. Mais un incendie se déclare. Les moines de l'abbaye toute proche recueillent le suaire et construisent leur église dès 1118, consacrée en 1154 par les évêques de Périgueux et d'Agen. Ainsi placée sous la protection du suaire, l'abbaye reçoit faveurs et privilèges, les rois s'engageant à l'enrichir.

On donne les moyens financiers pour faire venir une cinquantaine de religieux. Même le petit village de Cadouin bénéficie de ces largesses : plus de tailles, plus d'impôts pour les petites gens ! Un marché se tient là toutes les semaines ainsi qu'une foire annuelle. Les pèlerinages, toujours plus nombreux, voient défiler entre autre saint Louis, en 1269, qui avant de s'embarquer pour la croisade, passe à Cadouin pour se recueillir sur le saint suaire. Les seigneurs font eux aussi de précieuses offrandes. Par exemple, le comte Simon de Montfort demande à ce qu'un cierge brûle jour et nuit devant le suaire. On vient alors de toute l'Europe pour voir la relique ! Et ce pendant plusieurs siècles encore... L'abbaye connaîtra par la suite plusieurs destructions, avant d'être confisquée à la Révolution.


Et encore !