Le Saint-Mors de Carpentras

Vinaigrette 0
Le Mors - ©Marianne Casamance / CC-BY-SA Le Mors - ©Marianne Casamance / CC-BY-SA
Cathédrale Saint-Siffrein Cathédrale Epidémie Relique Sorcellerie Légende

Des clous, oui !


Le trésor de la cathédrale ? Une relique du Saint Clou ou Saint Mors. Mais oui, un vrai mors de cheval, forgé avec deux des clous dont on s'est servi pour crucifier Jésus. Deux ? Il y en avait d'autres ? Oui, un autre : on dit que la mère de l'empereur Constantin, Hélène, trouva un jour ces clous lors de fouilles à Jérusalem. Elle en jeta un dans la mer déchaînée par une tempête et avec les deux autres, elle fait fabriquer un mors pour le bourrin de son fils.

La légende dit même que c'est Hélène ou Constantin en personne qui donne le mors à saint Siffrein... mors qu'on retrouve depuis sur le blason de la ville ! On vénère ladite relique à Constantinople jusqu'en 1204, jusqu’au jour où un croisé probablement originaire de Provence la ramène à Carpentras.

Démons et oxydation


Le mors avait des supers pouvoirs, réputé pour ne jamais s'oxyder et ne pouvoir recevoir quelconque dorure.

Mieux que ça, il pouvait, comme les reliques de saint Siffrein, guérir les gens possédés par le démon ! Tenez : en 1640, il chasse plusieurs démons du corps d’un certain Antoine. Mieux que ça : celui-ci a pu reconnaitre la vraie relique du faux mors qu’on lui présentait : devant le faux, il convulsait et rugissait des insultes et devant le vrai, il se faisait aussi doux qu’un agneau...

Un talisman contre la peste


Bien sûr aussi, on le sortait en cas d'épidémies de peste : des marchands vendaient même des petites répliques du mors qu'on s'accrochait partout sur soi pour repousser le mal... de là à vous dire si ça marchait... Il faut dire qu’au XVIIe s, niveau épidémies, on est gâtés : la peste noire qui ravage la province à cette époque tuera plus de 3 000 personnes rien que dans la ville... En revanche en 1721, pendant l’épisode de la peste de Marseille, rien, que tchi ! Merci qui ? Merci le Mors !


Et encore !