Le rêve idéal (et un peu mégalo) de Richelieu

Vinaigrette 0
Le château au XVIIe s - ©Gwenlune / CC-BY-SA Le château au XVIIe s - ©Gwenlune / CC-BY-SA
Château de Richelieu Château Château de la Loire Richelieu

Le rêve de Richelieu


Le 9 septembre 1585, au château de Richeloc, Armand-Jean du Plessis de Richelieu vient de naître... le futur cardinal ! Celui-ci entreprend dès 1625 les premiers travaux de construction de sa ville idéale. Oh, oui, à cette époque, il veut seulement ajouter un grand bâtiment à la maison familiale... Mais l'érection du domaine en duché-pairie, en 1631, change la donne : il acquiert une vingtaine de terres avec dans l'idée de construire une résidence plus digne de son nouveau titre.

La folie des grandeurs ! Ah si, vous allez voir, Monsieur ne va pas lésiner sur les moyens ! Pour réaliser son palais, il fait appel à Lemercier, l'architecte du roi qui en 1624 avait travaillé sur les plans du Louvre. La construction commence en 1631. En 1633, le corps central et l'aile gauche sont achevés. Mais Richelieu meurt en 1642 avant l'achèvement des travaux...

Un palais et une ville... de roi


Le palais justement, parlons-en ! Ici, la cour, bordée d'écuries (pouvant contenir 80 chevaux), de manèges et d'appartements de service. Tout près, un jeu de paume créé en 1665. A l'intérieur, les somptueux appartements du Roi et de la Reine, la galerie du premier étage de l'aile droite de 60 m de long sur 10 de large, remplie d'œuvres d'art... Avec son vaste parc, ce palais avait tout d'une demeure royale ! En même temps que s'élève le château, le cardinal a ordonné la construction d'une ville à ses frais : « Ville qui se peuplera de mes courtisans... Au Louvre, une ombre royale obscurcit encore un peu mon pouvoir souverain... ici, je serais le seul roi ». On cerne mieux le personnage !

Le cardinal donne les terrains à ses gentilshommes, ces derniers construisant ensuite à leurs frais leurs maisons, d'après le plan donné par l'architecte. En 1638, les principales parties de la ville sont édifiées. Pour favoriser le peuplement de la cité, les impositions sont levées jusqu'à ce qu'il y ait 100 maisons d'occupées ! Après la mort du cardinal, le château passe aux héritiers de son frère, qui le laisse tomber en ruines. Confisqué peu avant la Révolution, il est cédé au début du XIXe s à un marchand qui le détruit pour en vendre les pierres. Ne restent aujourd'hui que le pavillon de droite de l'avant-cour, les deux grandes grottes du parc et les fossés en eaux.


Et encore !