Le portail de Sainte-Croix de Bordeaux : crabe, luxure et avarice

Vinaigrette 0
Portail, la luxure - ©BlR33 / CC-BY-SA Portail, la luxure - ©BlR33 / CC-BY-SA
Abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux Abbatiale

Le crabe évêque


L'église actuelle est reconstruite en 902 par le duc d'Aquitaine Guillaume le Bon.

Vous l'aurez reconnu à sa façade, voilà un bel exemple de pur style roman ! Du roman saintongeais (de la région de Saintes, en Charente-Maritime), plus précisément. Bon, un monument très largement restauré au milieu du XIXe siècle, tout de même, par Paul Abadie...

Une restauration beaucoup critiquée à l'époque... Abadie a par exemple ajouté le clocher de gauche mais aussi saupoudré la façade de petits détails amusants, comme un crabe coiffé d'une mitre d'évêque !

La luxure aux seins nus


Ah, tenez, puisqu'on parle de la façade : voici la partie la plus ancienne de notre église. Des scènes longtemps considérées par les historiens comme de la paillardise païenne la décorent : ici se trouve, à mon avis, la figure la plus marquante du décor ; un groupe composé d'un homme et d'une femme entourée de deux serpents.

Vêtue d'une longue robe, elle découvre ses seins ; les deux serpents montent le long de son corps... et viennent les mordre ! On ne sait pas bien ce que fait l'homme à la droite de la femme... Peut-être qu'il la punit pour ses fautes, si c'est bien une représentation de la luxure, comme beaucoup l'ont dit ?

Avarice


Une autre scène : sur l'archivolte du cintre à gauche, on peut voir des groupes de deux personnages. L'un semble vouloir ouvrir sa chemise, de laquelle pend une sorte de sac. Près de sa tête, une sorte d'écuelle. Un personnage grimaçant le colle comme pour lui voler sa bourse. Une représentation de l'avarice ?

Après tout, les scènes de pêchés et de châtiments infernaux sont très courantes sur les façades des églises romanes, à une époque où peu de monde sait lire et où ces scènes immortalisées dans la pierre doivent à la fois éduquer et inspirer la crainte de l'Enfer...

Un Pépin à cheval


Au-dessus de ces sculptures, vous avez sûrement remarqué ce grand cavalier, cette statue équestre d'un roi en armure écrasant son ennemi ! On pense à une représentation de Pépin le Bref, de Charlemagne, ou même, d'un roi d'Angleterre... La statue existait depuis longtemps, mais ayant été détruite à la Révolution, celle-ci est une copie...


Et encore !