Le plan biscornu de Saint-Pierre de Preuilly et autres petits détails

Vinaigrette 0
L'intérieur - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA L'intérieur - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Eglise Saint-Pierre de Preuilly Eglise paroissiale

L'extérieur

A l'extérieur, on aperçoit 4 gros contreforts qui semblent soutenir toute l'église. Impressionnant ! Au-dessus de la porte d'entrée on lit la date de 1009, date de l'achèvement de l'église. C'est une inscription récente qui a remplacé une beaucoup plus ancienne...

Du côté du chevet, regardez : on peut voir de jolis modillons. Ce sont de petits blocs de pierre sculptés qu'on retrouve très souvent sur les chevets des églises romanes. Décoratifs les modillons, oui mais pas seulement ; ils soutiennent la charpente ou la corniche.

Un plan biscornu !

Allez, entrons à l'intérieur : l'église a une forme de croix latine et un plan bénédictin, avec une nef centrale à 5 travée flanquée de collatéraux qui se prolonge par un déambulatoire. On a là un mélange de courants architecturaux venus du Poitou de Touraine et du Berry.

Quels volumes ! Avec ses 57 m de long, cet édifice roman a quasiment les même proportions que l'église abbatiale de Fontgombault (36). Ici, la voûte sous la nef culmine à 17 m ! De quoi se sentir bien petit...

Là, surprise : avez-vous remarqué quelque chose ? La nef ne suit pas l'alignement du chœur et les piliers ne sont pas du tout alignés ! Pourquoi tant d’irrégularités ? On s'est longtemps posé la question.

Des historiens ont avancé l'idée que l'église étant construite sur un terrain pentu près de la Claise, les bâtisseurs se sont adaptés au sol au fur et à mesure qu'ils construisaient. L'auteur Huysmans et l'abbé Picardat, le restaurateur de l'église, pensaient qu'on avait là la représentation du corps du Christ sur la croix, agonisant et plié en deux...

Les chapiteaux romans

L'autre particularité de l'église, ce sont ses beaux chapiteaux historiés typiques de l'art roman. On retrouve des figures humaines ou végétales que l’historien Gérard Fleury, de la Société Archéologique de Touraine, attribue au maître sculpteur « Denis ».


Et encore !