Le mystère de la tour du Prisonnier du château de Gisors

Vinaigrette 0
Tour du Prisonnier, Gisors - ©Frédéric BISSON / CC-BY Tour du Prisonnier, Gisors - ©Frédéric BISSON / CC-BY
Château de Gisors Château Emprisonnement

La tour dite du Prisonnier, construite par Philippe Auguste à la fin du XIIe s, a servi de geôle à un bien mystérieux individu...

Aaah, il en a fait couler de l’encre, celui-là ! Mais qui est-ce ?

Deux amants royaux

Le prisonnier de Gisors aurait-il vécu à la toute fin du XIVe s ? Deux hommes, à cette époque, peuvent correspondre :

• l’amant anonyme de Blanche d’Evreux, 20 ans, veuve de Philippe VI de Valois ? Mis au trou avec un coffre rempli de richesse ;

•  le beau d’Aulnay, l’amant de Marguerite de Bourgogne, emprisonnée à 50 km de là au Château-Gaillard.

Wolfang de Poulhain

L.-N. Blangis claironne dans son Prisonnier de la tour de Gisors (1872) qu'il a découvert l'identité du fameux prisonnier !

Ce serait un certain Wolfang de Poulhain (ou Poulham), attaché au service de la duchesse Marie de Bourgogne.

L'homme se retrouve enfermé à Gisors après avoir été fait prisonnier à la bataille de Guinegatte, en 1513...

Nicolas Poulain

Nicolas Poulain, lieutenant du prévôt de l’Ile-de-France, se retrouve entre les quatre sombres murs du château de Gisors en 1575, enfermé sur ordre des Guises pour complot.

C'est ce que raconte Histoire de la ville de Gisors (P. F. D. Hersan, 1858)...

Le détail qui met le feu aux poudres ? Des inscriptions gravées dans le mur de la tour, dans le cachot du bas.

Des graffitis religieux et profanes bien étranges, ouverts à toutes les interprétations !

En particulier le tracé maladroit d'une église et de cœurs flanqués de fleurs de lys, accompagnés de la phrase latine O Mater Dei, Memento Mei (« O mère de Dieu, souviens-toi de moi »).

Plus une signature... Poulain !

Les coeurs et les lys seraient les emblèmes de l'attachement de Poulain pour Henri III, puis Henri IV. L'inscription, elle, rappelle l'attachement à la foi chrétienne dans la période troublée des guerres de Religion.

Conclusion !

L'inconnu de la tour du Prisonnier serait bien Nicolas Poulain.

Les éléments concordent : son nom gravé dans la pierre, l'inscription et les emblèmes royaux rappelant les guerres de Religion.

D'autant que les trois premières hypothèses font de notre prisonnier un homme du XIVe s et XVIe s : or, les éléments architecturaux de la tour datent de bien après ces deux époques !


Et encore !