Le jour où un drapeau tricolore a flotté sur la cathédrale de Nantes

Vinaigrette 0
Le chevet - ©Florestan / CC-BY Le chevet - ©Florestan / CC-BY
Cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Nantes Cathédrale

Résistance par une nuit glacée

Par une nuit glacée du 10 au 11 novembre...

Deux jeunes gars nantais, Michel Dabat, 19 ans, étudiant aux Beaux-Arts, et Christian de Mondragon, 16 ans, hissent un drapeau tricolore sur le toit de la cathédrale de Nantes.

Et ?... et cette action qui paraît anodine se passe en fait en 1940. Pendant la Seconde Guerre. Pendant l’occupation allemande !

Un exploit physique, une folie surtout, réalisée SOUS le nez des Allemands ! Un bel acte de résistance, saluera la BBC...

La cathédrale, tout un symbole !

C'est à l'heure du couvre-feu que les deux jeunes amis résistants se glissent en douce dans la cathédrale, par un échafaudage, avec cordes et lampe de poche.

Ils croient pouvoir se hisser facilement avec leur corde au paratonnerre... impossible ! Il faut grimper à mains nues.

Mais pourquoi au sommet de la cathédrale, sur le paratonnerre de la tour de l'Horloge ?

• Pour que le drapeau soit vu par le plus de monde possible, et parce que la cathédrale représente le cœur de la ville. Un symbole...

• C'est aussi pour une raison pratique : que le drapeau soit difficile à enlever rapidement !

L'arrêt de mort

En découvrant la bannière tricolore le lendemain matin, les Allemands rugissent, furieux.

Les jours de Michel et Christian sont désormais comptés...

Dénoncés peu après pour d’autres actions résistantes, les deux jeunes se font arrêter.

Christian est libéré en septembre 1941, car il n'a que 17 ans.

Michel, lui, a signé son arrêt de mort.

Il fait partie des 50 otages fusillés le 22 octobre 1941 sur ordre d’Hitler, à Nantes et Châteaubriant : réponse sanglante des Allemands, qui se vengent de la mort de l’ingénieur militaire Karl Hotz, abattu à Nantes par des résistants.

Michel avait 20 ans... Christian, lui, s'est éteint en juillet 2008, à l'âge de 84 ans.


Et encore !