Le jour où Louis XIV humilie le doge de Gênes

Vinaigrette 0
Réception du doge de Gênes à Versailles (Claude-Guy Hallé, 1710) - ©Wikimedia Commons Réception du doge de Gênes à Versailles (Claude-Guy Hallé, 1710) - ©Wikimedia Commons
Château de Versailles Château Louis XIV

Galerie des Glaces. 15 mai 1685.

Nous allons assister à l'une des plus grandioses réceptions organisées à Versailles par Louis XIV, le roi Soleil alors au maximum de sa puissance.

Plus puissant, vous ne trouverez pas ! Personne ne rivalise avec son Altesse.

Surtout pas le doge de la République de Gênes, qui vient exprimer « l’extrême regret qu’elle a d’avoir déplu à sa Majesté »...

Mais que s'est-il donc passé ? Explications !

Gênes... et la France

La République de Gênes a été la plus énorme puissance maritime et commerciale italienne, depuis le XIe s. Mais plus au XVIIe s.

Alors, pour tenir la tête hors de l’eau face à la France, elle s'est alliée à l’Espagne, qui lui construit quatre grosses galères.

Provocation pour la France !

En plus, la République a refusé de laisser passer des troupes françaises sur son territoire...

Une moutarde sacrément épicée est monté au très noble tarin du puissant Louis XIV.

Un terrible déluge de feu

Un Louis XIV qui demande les excuses les plus plates. Des excuses ici à Versailles, hop, et la remise des quatre galères !

Vous savez quoi ? Gênes refuse.

Terribles représailles, vous pensez !

La France bombarde la république de boulets de canons pendant 10 interminables jours.

14 000 boulets qui vomissent et détruisent la moitié de la cité, qui finit par abdiquer !

Le doge s'humilie dans la galerie des Glaces

Aaaah, mais n'allez pas croire que l'histoire se finit comme ça !

Louis XIV remet le couvert : il ordonne que le doge vienne, en personne, s’excuser à Versailles.

Les lois de la République interdisent qu’on laisse partir le doge de Gênes sous peine de se voir déchu ?? Louis s’en tamponne !

Il fait plier Gênes qui finalement laisse partir son doge, Francesco Maria Lercari, suivi d'une cour immense.

Voilà comment le 15 mai 1585, dans la galerie des Glaces, le doge accompagné de 4 sénateurs s’inclinent devant le roi.

Un Louis XIV entouré d'une kyrielle de courtisans, grimpé sur son estrade, gros coq bien fat juché sur ses petits ergots.

Le doge doit littéralement s’humilier devant lui. Ramper, petit cancrelat insignifiant devant un Dieu incarné...

Enfin, avant, il a dû batailler pour avancer parmi une foule compacte de courtisans, pressés là pour tenter d’apercevoir les visiteurs !

Des meubles en argent

Pour en mettre pleins les mirettes au doge, Louis XIV a étalé tout son mobilier en argent massif ! Mazette...

Un mobilier d'argent qu’on finit par fondre en 1689, guerre oblige.

Car ça y est, la France fait peur. Trop puissante ! Une partie de l’Europe se ligue contre elle : c'est la Ligue d’Augsbourg.

Voilà comment Louis a dû sacrifier ses meubles en métal précieux, afin de soutenir l'effort de guerre...

« Moi, ici ! »

Le doge reste 10 jours à Versailles. Il visite tout !

Il raconte : « Il y a un an, nous étions en enfer, aujourd’hui nous sortons du paradis » !

Et quand le duc de Luynes lui demande ce qui l’a le plus impressionné, il répond : « Moi, ici ! »

Du velours pour la cour

Le doge se montre dans la galerie des Glaces avec, sur le dos, un manteau de velours pourpre.

La cour profite alors de la présence des Génois pour commander du velours à foison !

De quoi payer la reconstruction de la ville italienne, qui sait…


Et encore !