Le jour où le comte de Montmorency-Bouteville perd la tête à cause d'un duel

Vinaigrette 0
Vue de l'ancienne place Royale - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain Vue de l'ancienne place Royale - ©Austrian National Library (ÖNB) / Public domain
Place des Vosges Rue Quartier

12 mai 1627. François de Montmorency-Bouteville va se battre en duel avec Bussy d’Amboise et le comte de Beuvron, sous les fenêtres du cardinal du Richelieu, place Royale...

Un édit royal pour les duels

Tous les duellistes de Paris se sont un jour retrouvés sur la place Royale (actuelle place des Vosges), pour se flanquer une raclée.

Vous vous souvenez du duel sanglant des Mignons, avec les p’tits favoris du roi Henri III ?

Jusqu’à ce que Louis XIII interdise les duels, en 1626. Peine de mort assurée, dit son édit !

Il faut dire que les duels décimaient la noblesse de France... les plus fines lames, surtout.

Montmorency-Bouteville, le récidiviste

La première victime de cet édit ? Le comte de Montmorency-Bouteville.

Qui croise le fer avec Bussy d’Amboise et le comte de Beuvron, le 12 mai 1627, sous les fenêtres du cardinal du Richelieu, place Royale.

Rah, les p’tits cons ! Il y en avait déjà à l’époque, hé oui...

Montmorency, en plus, c’est un multi-récidiviste. Déjà, en 1625, il tue en duel le comte de Thorigny et doit filer en Belgique pour échapper à la colère du roi.

Bon, il finit par écrire à Louis XIII, pour lui demander son pardon et la permission de revenir au bercail. Que nenni, dit Louis ! On est ferme ou pas, hein...

Tout énervé, Montmorency grognera : « M’en fous. Je reviendrai quand même et je me battrai sur la place Royale, na ».

Un duel à trois

Hé oui : Montmorency rentre en douce en France, fermement décidé à en découdre.

Quoi, encore, découdre, comment ça ?!

Hé bien, le comte de Beuvron veut venger la mort de son parent, Thorigny. Il a même provoqué Montmorency en duel !

Le sang de François n'a fait qu'un tour, vous pensez bien.

Voilà pourquoi ils décident d’un duel place Royale, un bel après-midi de mai 1627.

Une des places les plus fréquentées de Paris...

Il est 14 h, le combat va durer une heure, disent les chroniques de l’époque. On se bat au poignard et à l’épée.

Bussy d'Amboise se fait zigouiller, Beuvron s’enfuit en Angleterre et Montmorency le récidiviste finit condamné à mort. Décapité sur la place de Grève, actuelle place de l’Hôtel-de-Ville…

Conclusion

Malgré l'édit royal, les duels continuent de plus belle, sur la place Royale.

Agacé, le cardinal de Richelieu finira par faire installer une statue de Louis XIII, au centre de la place, histoire d'occuper l'espace pour empêcher les duellistes de s'y battre !


Et encore !