Le fabuleux trésor de Saint-Antoine d'Ambazac

Vinaigrette 0
Reliquaire de saint Etienne - ©MOSSOT / CC-BY-SA Reliquaire de saint Etienne - ©MOSSOT / CC-BY-SA
Trésor de l'église Saint-Antoine d'Ambazac Eglise paroissiale

L'origine d'un trésor


Deux trésors à Saint-Antoine ? Si, si, je vous assure ! Poussez la porte de la petite église du XIIe s, avec son chœur du XVe s, et vous serez surpris... Les deux objets dont nous allons parler proviennent de l'ancienne abbaye de Grandmont. [up]Grandmont ? Une abbaye et un ordre fondés par l'ermite Etienne de Muret en 1076, qui s'est spécialisée au XIIe s dans la production de pièces d’orfèvrerie de très belle facture.[/up] Quand le pape fait supprimer l'ordre en 1772, le fameux trésor se fait transférer dans l'église d'Ambazac ! Alors oui, ce trésor, justement...

Deux superbes pièces


Tout d'abord, la châsse-reliquaire de saint Etienne réalisée en 1189 en bois de chêne recouvert de cuivre repoussé et orné d'émaux, de pierreries et de cristal de roche. C'est une petite nef surmontée d'un oiseau représentant le saint Esprit. [up]Figurez-vous qu'on appelait ces châsses « fiertés » au Moyen-Age, du latin feretrum qui signifie « cercueil » : on y plaçait à l'origine les restes des saints. [/up]Celle-là se trouvait autrefois avec 6 autres reliquaires sur l'autel de l'abbaye de Grandmont et contenait effectivement les ossements de saint Etienne ! Au début, elle renfermait ceux de saint Macaire, un des martyrs de la légion Thébéenne, reliques données par le comte de Champagne Thibaut au milieu du XIIIe s...

Ensuite, venez voir par ici : voici la dalmatique de saint Etienne de Muret : un vêtement liturgique en soie rouge brodée d'or, orné d'un aigle de Byzance à deux têtes. On ne connaît pas sa réelle origine : Saint Etienne l'aurait reçu en 1121 de l'impératrice Mathilde, mais un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle aurait très bien pu le ramener de Galice au XIIIe s... A vous de vous faire une opinion !


Et encore !