Le dur exil de Pie VII et son passage (mémorable) à Nice

Vinaigrette 0
Pie VII - ©Skara kommun / CC-BY Pie VII - ©Skara kommun / CC-BY
Colonne du pape Statue Festivités Pie VII

La colonne commémore le double passage du pape Pie VII à Nice, en août 1809 et en février 1814. La première fois, Pie est en exil : les hommes de Napoléon Ier l'ont fait enlever dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809 de son palais du Quirinal, à Rome. De là, on doit le conduire incognito à Fontainebleau, en passant par le pays niçois. Incognito... plus ou moins !

Car, peu avant d'arriver à Nice, un quidam le reconnaît. Tout excité, il part annoncer la nouvelle un peu partout en Provence. Les Niçois sont maintenant au parfum... Ce qui leur permet d'organiser une grande cérémonie en son honneur ! Quand arrive enfin le pape, la foule amassée est énorme, les gens illuminent leurs maisons sur son passage.

Fatigué par ce long périple, il reste 3 jours à Nice : on lui a préparé une chambre à l'hôtel de la Préfecture. Le lendemain, il se présente à son balcon pour bénir la foule en délire. Et là, on raconte que des files de bateaux de pêcheurs attendent sa bénédiction ! On tire ensuite des feux d'artifices du bord de mer.

La deuxième fois, Pie, enfin libéré, va pour regagner Rome. Le 9 février, le bruit du passage du pape se répand parmi les Niçois, encore une fois ! Une foule immense, venue des 4 coins du pays, afflue vers Nice. Et le pape arrive ! Là encore c'est une explosion de lumières et de cris de joie... Emu par cet accueil, le pape remercie la ville en envoyant au maire un portrait de lui, qu'on plaça dans la salle du Conseil.


Et encore !