Le dernier château médiéval de France

Vinaigrette 0
Le château - ©MOSSOT / CC-BY-SA Le château - ©MOSSOT / CC-BY-SA
Château de Bonaguil Château

Saviez-vous que Bonaguil est un des derniers châteaux médiévaux à avoir été construit en France ?

Pour expliquer cette incongruité, il faut se tourner vers l’homme qui fait sortir de terre ce nid d’aigle pétri d’une bonne dose d’arrogance, à la fin du XVe s...

Un homme et son château.

Un seigneur et son monstre de pierre.

Bérenger de Roquefeuil a consacré sa vie à la construction de Bonaguil.

Bonaguil, la Bonne Aiguille !

Bérenger hérite de son paternel d’un petit castel au fond d’un val verdoyant, qu’il transforme en colosse bardé de défenses.

Si redoutables, ces défenses, que si des hommes étaient arrivés jusque-là, ils en seraient repartis les pieds devant.

Un château fantasmé, une forteresse indestructible mais totalement inutile, car ne défendant ni ville, ni gué. Rien, nada ! Le néant au fond de la vallée.

Le seigneur de Bonaguil va passer sa vie à attendre un ennemi qui ne viendra jamais...

Alors, pourquoi ?!

Oui, pourquoi avoir passé 40 ans à bâtir ce projet inutile ?

Pourquoi s’être échiné à faire sortir de terre LE dernier château médiéval de France, achevé en 1510 alors que la féodalité se mourrait et que les rois construisaient des merveilles Renaissance en bord de Loire ?

Pour l’honneur !

Pour tenir tête au roi de France, aux manants de sa châtellenie lotoise de Castelnau, qui ont l'audace de se révolter contre lui.

Hé, quoi ? Qu’a-t-il fait pour ça, Bérenger ? Oh, trois fois rien ! Diminution de leurs privilèges et restriction de leur liberté...

Il leur envoie une armée sur le coin du museau, histoire de les mater.

Mais quand ces villageois s'en prennent aux hommes du puissant Roquefeuil, celui-ci en appelle au parlement de Toulouse.

La justice donne raison aux habitants. Lui doit reconnaître ses torts publiquement lors d’une cérémonie humiliante au possible.

C'est le déclic. Le déclenchement de tout. Blessé, l’orgueil lacéré, Bérenger bâtit Bonaguil sur les lambeaux de sa fierté taillée en pièces.

« Par monseigneur Jésus et tous les saints, j’élèverai un castel que ni mes vilains sujets ne pourront prendre, ni les Anglais s’ils ont l’audace de revenir, voire les plus puissants soldats du roi de France. »

Paroles du seigneur de Bonaguil !

Bérenger de Roquefeuil finit par mourir, en 1530, à l’âge record, pour l’époque, de 82 ans…

La haine, ça conserve !

Son dernier soupir, si fugace, s'est fait dans cette étrange forteresse solitaire prête pour la guerre… mais jamais attaquée, au cours de sa longue histoire !


Et encore !