Le Dentu s'en va-t-en guerre

Vinaigrette 0
Image d'illustration - ©Public domain Image d'illustration - ©Public domain
Château de Creully Château

Les ratiches d'un seigneur

Sacrés chicots, Hamon ! Pourquoi donc a-t-on affublé Hamon, seigneur de Creully, du surnom de Dentu... mystère ! Avait-il un sacré coup de fourchette ? Ou peut-être une dentition pas vraiment glamour...

Quoi qu'il en soit, Hamon-le-Dentu, que la chronique appelle Hains-as-Dentz, « Hamon-aux-Dents », c'est le premier baron de Creully. C'est lui qui fonde le château primitif. On le dit descendant du grand Rollon : vous savez, le chef viking à l'origine du duché de Normandie... Sacré lignage !

Le plus beau coup d'éclat d'Hamon sera aussi le dernier : il passe l'arme à gauche en 1047 contre l'armée du roi de France, dans la plaine de Saint-Laurent-du-Val. Robert Wace raconte ses derniers faits d'armes dans son Roman de Rou...

Taïaut !

Français et gens du Cotentin sont nombreux, sur le champ de bataille. Les fers se croisent, « se froissent ». Vassaux, sergents, chevaliers se battent et tombent comme des mouches. La mort frappe de tous les côtés !

« Grand est la noise et moult s'angoissent. » Le roi est frappé lui aussi, son cheval mis à terre : s'il n'avait pas eu un bon haubert pour lui protéger le crâne, ça aurait été la fin...

Allez, on amène un autre cheval au roi, un « meillor ». Mais il se refait vite encercler. Ses ennemis « le font dépérir », le laissent pour mort ! Mais on relève le roi, seulement blessé... On va en finir un jour, avec ces maudits Normands ? se demandent les Français, à bout de force. Regain d'énergie. C'est là qu'Hamon se fait prendre avec « ne sais combien de ses parents »...

Il faut le voir, Hamon, dans sa cuirasse dégoulinante de sang, pied à terre, grand, massif... à faire peur ! « Dan As Dens était un Normand De fief et d'hommes bien puissant, Sire était de Thorignie et de Mezi et de Croillie (Creully, ndlr). Souvent allait Français férant, Et souvent criant : Saint Amant. »

Sa voix rauque hurlant son cri de guerre a fait claquer des dents n'importe quel Français... Le voilà qui fait tomber le roi, encore une fois. Sauf que cette fois, un Français le voit et le charge : crèèève, maudit Normand ! Hamon prend le choc en pleine face, et tombe... raide mort. Il sera enterré avec ses compagnons d'armes à Esquay, près de Caen.


Et encore !