Le château de Vaurenard et le mystère Louis XVII : ce que cache le baron de Richemont

Vinaigrette 0
Le château - ©Laurent Delmas / CC-BY-SA Le château - ©Laurent Delmas / CC-BY-SA
Château de Vaurenard Château Marie-Antoinette Baron de Richemont Louis XVII Mystère

Vaurenard et les Corteille

Le 1er château de Vaurenard ? Il date du XIVe siècle, à l’époque où il existe alors un petit rendez-vous de chasse construit pour les seigneurs de Beaujeu. Ensuite, la terre de Vaurenard passe à plusieurs propriétaires, jusqu’à 1672 où la famille Corteille débarque et l’achète.

Pierre Corteille est conseiller du roi et trésorier de France à Lyon : il fait agrandir le petit château primitif. Et voilà qu’en 1800, l’héritière de Vaurenard, Catherine Corteille, se marie avec le comte d’Apchier. C’est cette dame qui recueille au château un bien étrange personnage : le baron de Richemont... ou le vrai Louis XVII ?

Le baron de Richemont : le vrai Louis XVII ?

Un mystère Louis XVII ?

On ne sait pas bien comment est mort le petit Louis XVII, le fils de Louis XVI et Marie-Antoinette. Vous vous rappelez ? On avait trouvé sa trace dans l’église Sainte-Marguerite de Paris. Du coup, tout est possible ! Une des plus mystérieuses énigmes de l’histoire de France...

Alors, plusieurs dauphins refont surface après la Révolution : le plus connu s’appelle Charles Naundorff, l’aventurier allemand, mais on a aussi une quarantaine de faux-semblants... La famille royale les poursuit en justice et les emprisonne. Pfiou, pas facile de démêler le vrai du faux, dans cette histoire !

Une révélation pour la comtesse !

La comtesse d’Apchier, elle, semble avoir fait son choix : elle vit seule à Vaurenard, depuis la mort de son mari, ne sortant que très rarement. Mais lorsqu’un jour de 1833 un ami vient la voir pour lui dire que le fils de Louis XVI est en vie, qu’il a son adresse à Paris... Catherine n’en revient pas.

Elle a toujours beaucoup aimé et respecté la famille royale, pour qui elle a travaillé dans le temps (surtout pour la duchesse d’Angoulême). Elle le savait tout au fond de son pauvre cœur : persuadée que Louis XVII s’était enfui et se cachait vivant quelque part...

Alors, la voilà qui part à Paris pour le rencontrer. Elle dit le reconnaître tout de suite. Le baron de Richemont (c’est comme ça qu’il se fait appeler) commence à se confier. Son enfance, le Temple, tout ça...

Il a même toujours sur lui un acte de naissance disant qu’il était né à Versailles le 27 mars 1785, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette ! Il lui raconte sa vie rocambolesque, son évasion du Temple grâce au savetier Simon et sa vie dans toute l’Europe et aux 4 coins de la France...

Vrai baron ? Imposteur ?

En fait, le baron de Richemont s’appelle Claude Perrin. Il s’évade de prison après quoi il combat en Egypte pour Bonaparte puis au Brésil. Mais il a aussi été escroc, condamné plusieurs fois pour usurpation d’identité...

Oui, ledit baron endosse plusieurs identités : baron de Richemont mais aussi Mathurin Bruneau, marquis de Longueville, Louis-Charles de Bourbon... Ben tiens, il abuse tout simplement de la châtelaine de Vaurenard, vivant à ses crochets de 1833 à 1853, année de sa mort.

Mais peut-être que la venue du baron a été pour la comtesse d’Apchier comme un rayon de soleil, peu importe qui il était, pourvu qu’un peu de vie re-rentre au château ?

Une tombe de Louis XVII à Gleizé

Les registres de la mairie de Gleizé (69) mentionnent le décès au château de Vaurenard, le 10 août 1853, d'un certain Louis-Charles de France, « natif de Versailles, rentier, demeurant à Paris rue de Condé, âgé de 68 ans, célibataire »...

Le cimetière de la petite commune abrite un bien curieux monument : une sépulture toute simple, qui dit simplement « Nul ne dira sur ma tombe : pauvre Louis, que tu fus à plaindre. Priez pour lui ! »

Avant ça, la comtesse d’Apchier avait fait graver « Louis-Charles de France, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, né à Versailles le 17 mars 1785, mort à Gleizé le 10 août 1853 » mais la justice l’oblige à faire effacer ces mots...


Et encore !