Le château de Bonneval : un pacha, une belle demoiselle

Vinaigrette 0
Le château - ©Emmenngee / CC-BY-SA Le château - ©Emmenngee / CC-BY-SA
Château de Bonneval Château Mlle Aïssé

Une famille du Limousin


Rosbifs ou Froggies ?


Aussi loin qu'on remonte dans le temps, les Bonneval ont toujours été maîtres du château. Et la première mention de ces puissants seigneurs remonte au milieu du XIe siècle, un siècle après que le donjon ait été construit.

Le château, lui, sera agrandi dès le XIIe siècle par Jean de Bonneval puis entièrement reconstruit au cours du XVe siècle, époque où il reçoit son aspect actuel : un quadrilatère avec des tours rondes aux angles, le tout flanqué du gros donjon médiéval.

Pendant la guerre de Cent Ans, les Bonneval prennent parti du côté anglais : pas bien ça ! Du coup, on leur confisque leur château ! Mais ça ne dure pas : on les aime, les Bonneval, à la cour des rois de France.

Dans les p'tits papiers du roi


Tenez, Antoine, sénéchal du Limousin et conseiller de Louis XI, épouse Marguerite de Foix (la nièce de la reine) en 1470, devenant le cousin du roi ! Ensuite, on a Gaspard de Bonneval, converti au protestantisme pendant les guerres de Religion, qui reçoit Henri de Navarre au château.

Ou encore Germain de Bonneval, qui meurt à Pavie en 1525 en sauvant son roi, François Ier... On comprend qu'au XVIIe siècle, les Bonneval deviennent comtes puis marquis ! Le château va alors subir de petits changements : percements de fenêtres, aménagements d'appartements et de salons... Fait important, le château échappe à la Révolution... et les Bonneval continuent d'habiter au château !

Un pacha en Limousin !


Claude-Alexandre de Bonneval... Une figure marquante des Bonneval, celui-là. Né en 1675 au château, Saint-Simon dit de lui qu'il est « fort gueux, extrêmement débauché, grand escroc et fort pillard ». Mais aussi fin d'esprit et plutôt séduisant, alors, on lui pardonne...

A 10 ans (si si), il s'engage dans la marine puis il sert dans l'armée française : colonel à 25 ans ! Mais le ministre de la Guerre, Chamillart, la disgrâce. Motif : avoir offensé madame de Maintenon, LA favorite du roi... Après avoir servi l'armée impériale, il met le cap sur Constantinople, où le sultan l’accueille à bras ouverts.

Il se convertit à l'islam et prend le nom d'Ahmed Pacha ! Favori du sultan d'accord (dont il est le ministre des Affaires étrangères)... mais en France, ça jase ! Claude meurt en 1747 sans avoir jamais revu son Limousin ni sa femme d'ailleurs, Judith de Biron, restée à l'attendre des années à Bonneval...

Le souvenir d'Aïssé


La petite-fille de la célèbre Aïssé, Marie-Denise, épouse en mars 1760 André de Bonneval et s'installe dans la terre limousine de Coussac-Bonneval.

Sur les murs du château, elle avait accroché avec les portraits des ancêtres de son mari le portrait au pastel de sa grand-mère... surprise ! Le joli portrait s'y trouve encore, dans le bel écrin qu'est le grand salon aux jolies boiseries claires et au plafond peint !

On peut le voir pendant la visite. Marie-Denise vit un temps au château puis suit son mari à Arfeuille-Châtain (23) puis à Guéret. Ensemble, ils auront 4 enfants... tous plus beaux que leur illustre arrière-grand-mère, on parie ?


Et encore !