Le 4 étoiles sur mesure de James de Rothschild

Vinaigrette 0
Le château - ©MOSSOT / CC-BY-SA Le château - ©MOSSOT / CC-BY-SA
Château de Ferrières Château

Le banquier James de Rothschild devient propriétaire du domaine de Ferrières en 1829. Avant lui Fouché, ministre de la Police de Napoléon Ier, possède ici une maison de campagne. L'architecte anglais sir Joseph Paxton conçoit les plans de la nouvelle demeure. Paxton n'en est pas à son coup d'essai : en 1851, son Crystal Palace londonien fait sensation ! Voilà comment l'homme conçoit Ferrières : quadrilatère de 65 mètres de côté de deux étages, flanqué de 4 tours carrés aux angles, dans un style mélangeant Renaissance et victorien. Le goût de l'époque, quoi ! Le parc à l'anglaise de 135 ha, avec ses vastes pelouses et ses grandes pièces d'eau, est également l'œuvre de Paxton.

Dans ce vaste domaine non loin de Paris, perdu au milieu d'un bois immense, Rothschild tient à ce que sa demeure soit aussi fastueuse que possible : il faut dire qu'elle doit accueillir sa collection d'œuvres d'art mais aussi le gratin mondain du second Empire ! Napoléon III en personne inaugurera le château en grande pompe, en 1862... Le chantier commence donc en 1855 pour s'achever en 1859. Les aménagements intérieurs, dont on doit la décoration à Eugène Lami, se poursuivent jusqu'en 1862. Les installations parlent d'elles-mêmes !

Imaginez une centaine de domestiques, des écuries pouvant accueillir 80 chevaux. Au rez-de-chaussée, le hall d'honneur monumental occupe la totalité de la hauteur du bâtiment, l'étage étant réservé pour les chambres. Comble du luxe, on installe chauffage et eau courante, chaude et froide ! On trouve les cuisines dans un bâtiment relié au château par un chemin de fer souterrain. Mais hélas, tout à une fin... Occupé pendant la Seconde Guerre mondiale, vidé de ses collections, le château reste inhabité jusqu'en 1959, quand le baron Guy de Rothschild entreprend la restauration des pièces ruinées par l'occupant allemand.


Et encore !