L'ancien palais du duc de Berry à Bourges

Vinaigrette 0
La façade - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA La façade - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Palais du duc de Berry Hôtel particulier Jean Ier de Berry

Un palais grandiose

Que reste-t-il de l'ancien palais somptueux du duc Jean de Berry, grand mécène, 3e fils du roi Jean le Bon ? Actuellement, il abrite l'hôtel du Département. C'est le « maître général des œuvres » du duc Guy de Dammartin qui construit le palais en 1370. Dans le prolongement du palais, il fait édifier la Sainte-Chapelle, destinée à abriter le tombeau du duc.

Les constructions atteignent une longueur d'un peu plus de 180 mètres ! Le palais se construit à l'emplacement de la demeure des gouverneurs romains puis des vicomtes de Bourges : dans les caves se trouve d'ailleurs une fontaine monumentale de l'époque gallo-romaine (IIe s) ! Dammartin fait élever :

• le petit palais (actuelle préfecture).
• le grand palais et ses salles immenses (dont la Grande salle de 52 mètres de long sur 16 de large !) ornées de plusieurs énormes cheminées ouvragées, de charpentes décorées.
• les vastes communs dépendant du palais, écuries, granges, maisons des gardes et des domestiques...
• la Sainte-Chapelle construite entre 1392 et 1397, perpendiculaire au palais.

Le tombeau du duc

Comme son modèle de Paris, la Sainte-Chapelle de Bourges a été conçue pour abriter un morceau de la Vraie Croix ainsi que le tombeau du duc Jean. Un tombeau en marbre aujourd'hui conservé dans la crypte de la cathédrale de Bourges et dont la copie entière (avec ses petits pleurants) se trouve au palais Jacques-Cœur.

Splendeurs et destructions

Quoiqu'il en soit, la Chapelle a été détruite en 1757... Irrémédiablement perdue, cette bâtisse faite « à la semblance de celle de Paris, mais beaucoup plus magnifique et excellente, au jugement des architectes » dit Jean Chaumeau dans son Histoire du Berry.

Perdus aussi, ces superbes vitraux dont Geoffroy Tory dans L'art et la science de la vraie proportion des lettres attique (1549) dit :

« Les vitres sont de tel art, que le soleil, tant luisant peut-il être, ne les peut de ses rayons aucunement pénétrer, qui est une chose très belle et sans autre semblable. »

L'édifice brillait par la beauté de son décor, mais saviez-vous que le duc exposait des choses nettement plus étranges ?

Les curiosités du duc

Parfaitement ! Dans le porche de la Sainte-Chapelle, Jean de Berry alignait des curiosités comme des animaux empaillés, dont un crocodile qu'on disait avoir trouvé vivant dans les caves du palais ! La palme de la bizarrerie revient à cet animal géant nommé Briat que décrit en détail l'historien Jean Chaumeau dans son Histoire du Berry :

« Vous y pouvez encore voir partie des os de ce merveilleux géant nommé Briat qui eut, en son vivant, quinze coudées de hauteur. Duquel la sépulture fut trouvée en la baronnie de Crussol en l'an 1456 au temps du roi Charles septième...

Je ce que j'ai bien voulu citer, pour effacer l'erreur du commun populaire de ladite ville de Bourges, qui dit de ledit géant avoir été trouvé en Berry et parce l'appellent le géant de Bourges. »

Et comment ne pas oublier ce cerf énorme, un « ranchier », dont le corps est en bois :

« On voit la représentation d'un ranchier (qui est une bête ressemblant à un cerf, sauf qu'il est beaucoup plus grand et a les cornes d'une merveilleuse grandeur, larges et plates à la façon d'un daim) portant au cou le très noble écu et armes de Berry, fut pendu à une large ceinture, au tour de laquelle était anciennement écrit que ledit ranchier représenté par figure avait vécu 300 ans. »


Et encore !