L'affaire des Poisons au fort de Salses

Vinaigrette 0
Le fort - ©Carles de Malavella / CC-BY-SA Le fort - ©Carles de Malavella / CC-BY-SA
Forteresse de Salses Fortification

Le fort de Salses, construit à la toute fin du XVe s par Ferdinand le Catholique, se fait transformer en sinistre prison d’Etat, au cours du XVIIe s.

Une vingtaine de personnes impliquées dans la célèbre affaire des Poisons ont croupi dans les cachots de Salses...

Petit retour sur cet énorme scandale et rencontre avec les prisonniers de Salses !

Poisons à la Cour de Louis XIV !

L’affaire des Poisons ? Il s’agit d’un énorme scandale qui touche la cour et le Paris de Louis XIV : une série d’empoisonnements et des relents de sorcellerie, entre 1679 et 1682.

Plusieurs personnes haut placées se retrouvent compromises. Y compris dans la sphère intime du roi... on compte sa favorite, parmi les accusés, Mme de Montespan !

La Brinvilliers, l'empoisonneuse

Tout commence avec l'arrestation, en mars 1675, de la marquise de Brinvilliers.

Recherchée depuis 3 longues années, on suspecte la dame de s'être débarrassée de son père, ses deux frangins et d'un amant. Comment ? En les empoisonnant !

Pour ça, elle a recours aux services de La Voisin, aventurière replète, sorcière sur les bords, qui lui concocte la « poudre de succession ».

Très pratique, la mixture porte bien son nom puisqu'avec elle, hop, vous touchez votre héritage en moins de deux !

Le contenu explosif d'un carnet

Mais la maréchaussée ne tarde pas à tomber sur le calepin de La Voisin, où la bougresse note les noms de tous ses clients : des noms... connus. Oulà ! Des proches, très proches du roi, aussi !

Vous voulez un nom ? Tenez : Mme de Montespan, si, si !

La maitresse du roi a recours à La Voisin pour s'assurer la faveur du roi son amant (et dégager la reine pour épouser ledit roi, en passant).

Et zou, un petit coup de sorcellerie ! La marquise organise des messes noires qui ont tout du film d'horreur : on sacrifie des pauvres nouveau-nés sur le corps nu de la dame !

Les mesures

Horrifié, Louis XIV lance une déferlante d'arrestations et de procès. Du jamais vu !

La Brinvilliers ? Exécutée en juillet 1676, pour fratricide.

La Voisin ? Brûlée en place de Grève, en février 1680.

On compte en tout 442 inculpations, 36 condamnations à mort, 34 bannissements et 4 condamnations aux galères.

Les coupables de l'affaire des Poisons à Salses

On envoie les suspects croupir dans diverses forteresses de France comme Belle-Ile-en-Mer, Besançon ou Salses.

On a vu aussi deux dames enfermées à Villefranche-de-Conflent, vous vous souvenez ?

Salses et ses 19 prisonniers

A Salses, les ordres sont stricts : aucune communication possible avec l’extérieur.

En tout, 19 prisonniers se retrouvent ici, sur les 442 inculpés et les 36 condamnés à mort. Un seul en réchappe, les autres meurent en détention !

On trouve entre autre :

• Jean Terron, avocat au Parlement ;

• Denis Vautier, peintre à Paris ;

• Guillaume Thuret, cordonnier ;

• Rabel, inventeur de l’eau de Rabel... le seul à s’en être sorti vivant ! C’est un charlatan qui se dit médecin du roi, inventeur d’une eau à base d’acide sulfurique et d’alcool ;

• Le vicomte de Montemayor, arnaqueur, escroc et aventurier franchement louche, astrologue du duc de Luxembourg.

Fuite dans la nuit noire...

Le livre L'affaire des Poisons (Jean-Christian Petitfils, 2010) raconte que dans la nuit du 14 au 15 juillet 1686, les geôliers ne répondant plus de rien, 18 prisonniers se font la malle après « avoir patiemment creusé un trou dans un mur de la tourelle sud-ouest ».

Un seul fait de la résistance... Rabel ! Il refuse de s’en aller. Ce qu’il fait ? Il court alerter la garde !

Ce qui fait que malgré la nuit noire, les fugitifs n’ont pas le temps d’aller bien loin, empêtrés dans les marécages alentours et immédiatement arrêtés... puis solidement enchaînés !


Et encore !