La trahison sanglante de Louise de Grégo

Vinaigrette 0
Façade nord - ©GO69 / CC-BY-SA Façade nord - ©GO69 / CC-BY-SA
Château de Trévarez Château Trahison Histoire d’amour Lazare Hoche Révolution Française Chouannerie

Une histoire de trahison à Trévarez ? Aïe, aïe, oui ! Celle d'une femme amoureuse du général Hoche, qui a trahi les siens.

La jolie héritière

Elle s'appelle Louise du Grégo. La marquise, c'est elle ! Sa famille (une très vieille lignée bretonne) possède les terres de Trévarez depuis un moment, maintenant. Alors, quand on la marie à 15 ans avec le vicomte Antoine de Pontbellanger, un normand d’origine, on croit que tout va aller comme sur des roulettes...

Il faut dire que Louise est belle, si belle... son mari, lui, mhhh... n'est ni beau, ni moche : il la laisse profondément indifférente ! Alors, quand il choisit d'émigrer dès le début de la Révolution, elle refuse de le suivre outre-Manche, à Londres.

Et puis quoi, encore ! Elle restera sur ses terres bretonnes, na. Elle restera là avec sa mère et son fils Charles. Dans la tourmente... entre le combat qui se joue entre Chouans royalistes et soldats républicains.

Lazare... fait bien les choses ?

Elle va alors rencontrer, en 1794, un certain Lazare Hoche, celui qu'elle aimera plus que tout... plus que de raison. Il est beau et fier, Hoche, jeune en plus, 27 ans tout au plus. Il fait des ravages parmi ces dames ! Et voilà Louise, notre Louise de Trévarez qui devient sa maîtresse ?!

Oui, ils sont supers intimes, même qu'il l’appelle « sa petite Lise » (vu dans Inventaire des archives du château de Grégo, Hervé du Halgouët). Ils se voient en coup de vent au château de Trévarez, quand elle n’est pas entre Nantes ou la Vendée : elle la royaliste, lui le républicain. Enfin, on ne sait pas, pour elle, de quel côté elle joue. Sur les deux bords ?

On dit que c’est uniquement pour sauver ses biens et ses terres saisies par la Révolution que Louise se démène autant, usant de ses charmes s’il le fallait, allant voir les autorités, courant à droite à gauche. Ils ont bien été amants, oui, mais mélangeaient tous les deux intérêts et amour.

Intérêts ? Lesquels ? Pendant que Lazare la protégeait, elle le renseigne sur les mouvements des royalistes dans la région. Car on prépare un débarquement, chez les émigrés, en Angleterre, un débarquement sur les côtes bretonnes, à Quiberon... parmi eux, les hommes du chouan Georges Cadoudal et surtout... Pontbellanger.

Toute seule

Tout ça se termine dans un bain de sang : les émigrés arrivés à Quiberon se font arrêter par Hoche et se font massacrer. Tous. Pontbellanger compris. Qui l’avait prévenu, qui donc ? Certains murmurent le nom de Louise, bien sûr...

Mais le sang a entaché la relation de Lazare et de Louise, car un jour, le beau général finit par quitter Trévarez, la Bretagne, et Louise. Qui se retrouve toute seule à Trévarez, veuve, avec un enfant en bas âge. Elle a seulement 19 ans ! Son père a émigré lui aussi, reste sa mère, dans la région de Vannes, leur terre d’origine. Louise y va, trouve un peu de réconfort...

Mais ça va un moment : elle veut un autre homme pour la protéger, pour empêcher la ruine, qu’on lui prenne ses biens. Ca tombe bien, elle rencontre un ami de Lazare, le colonel Bonté. Elle se mariera avec et ils s'installent à Trévarez, avant de partir pour Paris.

Parce que c’est quand même plus pratique pour intriguer pour que son mari monte en grade. Elle finit aussi par racheter les biens de son père en dépouillant (on imagine comment) les acquéreurs. De longs procès se mettent en place... Louise meurt un jour d'hiver 1826... et Bonté se remariera.


Et encore !