La tour Louis XI de Loches : torture et tourments à tous les étages

Vinaigrette 0
Cage de Louis XI - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Cage de Louis XI - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Donjon de Loches Château Emprisonnement Torture Louis XI

Cachot ou grenier ?

Elle date du XVe siècle. Dans un sous-sol sombre, par un escalier ardu fermé au milieu une grosse porte de bois, voilà la cellule du cardinal La Balue. Vous avez vu ça ? Au niveau de la porte au milieu des marches, on voit l'entrée de ce qui ressemble à un souterrain.

On dit que Louis XI passait par là pour venir observer son prisonnier... Mais finalement, on ne saura jamais si cette salle était vraiment une geôle : aujourd'hui, on pense plutôt à un grenier !

L'Enfer sur terre !

Lugubre à souhait, avec sa cheminée qui servait à faire bouillir la poix ou l'huile qu'on versait ensuite sur les plaies des condamnés... Par terre, on voit une grosse barre de fer munie de 3 poteaux de pierre, avec des anneaux pour y faire passer les chevilles des suppliciés.

Ils subissaient alors le supplice du feu ou des brodequins... une des plus horribles tortures, qui consistaient à broyer les jambes jusqu'à faire éclater les os ! C'est là que le comte de Saint-Vallier les a subis, les brodequins...

La salle des gravures

Sur les murs de ce qu'on appelle aussi la salle des gardes courent des sortes de graffiti. Des prisonniers (catholiques ou protestants ?) les ont gravés au XVIe siècle du temps de la Ligue : on les reconnaît à leurs chapeaux typiques du règne d'Henri III ou Henri IV !

Des prisonniers qui avaient tooouut leur temps, on imagine bien... On reconnaît un garde à l'entrée de la salle qui porte une hallebarde (seul personnage de profil), des soldats qui se battent, d'autres qui croisent le fer, d'autres encore qui portent des mousquets !

Ces personnages grandeur nature ont conservé les traits de leurs visages, on voit même des ongles sur les mains et des détails de motifs sur leurs vêtements. Ouvrez l’œil ! Venez voir près de la cheminée : vous voyez ?

Cette scène religieuse gravée dans une forme triangulaire ? Elle semble représenter un temple, un lieu de culte en tout cas, avec une procession de petits personnages en dessous. Mais ce n'est pas le même style que les soldats... probablement pas réalisée par la même main !

Louis et ses fillettes

Louis XI transforme les lieux en prison, rendue célèbre par ses « fillettes » : on a souvent dit que celles-ci étaient de minuscules cages en bois dans lesquels le roi faisait enfermer ses ennemis, tellement étroites que vous imaginez le supplice enduré une fois là-dedans.

Mais en fait, pas du tout ! Ce sont les lourdes chaînes qui entravaient les mains et les pieds des prisonniers... La cage originale a été détruite à la Révolution. Bah oui : on ne pouvait pas laisser debout un tel symbole de tyrannie, quand même !

On en brûla même des morceaux dans un grand feu pour le 14 juillet. C'est en 1995 que le conseil général d'Indre-et-Loire décide de reconstituer la cage. C'est donc la copie exacte de celle qu'on trouvait avant la Révolution ! Tous les matériaux ont été travaillés comme à l'époque de Louis XI.


Et encore !