La tentative d'évasion d'Auguste Blanqui et d'Armand Barbès de la prison du Mont-Saint-Michel

Vinaigrette 0
Barbès - ©Austrian National Library (ÖNB) • Blanqui - ©Ajuntament de Girona CRDI Barbès - ©Austrian National Library (ÖNB) • Blanqui - ©Ajuntament de Girona CRDI
Abbaye du Mont Saint-Michel Abbaye Emprisonnement Auguste Blanqui

Dans la cellule dégueulasse, plongée dans une pénombre glauque, Auguste jette un œil de côté, sur ce bout de verre dépoli qui lui sert vaguement de miroir.

Quel est cet homme qui le dévisage, cette ombre ?

Les nuits précédentes n’ont fait qu’accentuer ses traits accusés. En quelques années, son visage a atrocement vieilli.

Une terre gelée et rude où les sillons naissent dans la douleur. Mais avec dans le regard une lueur de plus en plus sombre.

Auguste Blanqui a perdu une énième fois sa liberté dans les prisons du Mont-Saint-Michel...

Blanqui débarque dans l'enfer du Mont

Les prisonniers les plus célèbres du Mont ? Auguste Blanqui et Armand Barbès.

Enfermés ici après l’insurrection de mai 1839 : la révolte pour renverser la monarchie de Louis-Philippe et mettre en place une République sociale.

Tous deux condamnés à mort. Puis, la sentence se transforme en « détention perpétuelle ».

Auguste débarque au Mont le 6 février 1840. « Ni Dieu ni maître », c’est lui ! Le révolutionnaire socialiste qui passe la moitié de sa vie en prison : on l’a rencontré cloîtré 5 mois au fort du Taureau, à Morlaix...

Il reste 4 ans au Mont. Lieu d’horreur et de misère noire. La mer, dehors, et le vent, hurlent à vous glacer le sang.

Il se trouve dans le Petit Exil, à l’est de l’abbaye, dans la tour Perrine. Oui, l’abbaye a été transformée en prison au XVIIIe s : vous savez ? On y a déjà rencontré le faux Louis XVII Mathurin Bruneau et le potentiel Masque de Fer, l’Arménien Avedick...

Les préparations, jusqu'au jour J : draps et pommes cuites

Parce qu’une nuit noire de février 1842 l’envie de liberté a été trop forte, que le spectre de cette prison humide les rendait fous, Auguste et Armand tentent de s’évader. On a les détails dans Histoire du Mont Saint-Michel comme prison d'Etat (Fulgence Girard, 1849).

Déjà, les deux hommes parviennent à se parler par les conduits de cheminées et s’envoient des messages par les soupiraux. C’est comme ça qu’ils mettent au point leur plan. Lentement. Mais sûrement.

Pis crocheter les serrures, ça prend du temps ! Blanqui se sert d’une plaque de fer où il fait cuire des pommes, pour fabriquer les clés. Des amis viennent leur apporter en douce des limes, des bouts de cordes.

Jusqu’au jour J : on scie les barreaux, vite ! On se faufile, vite, vite ! Jusqu’à la terrasse du Saut-Gautier. Là, une corde fabriquée avec de vieux draps pend dans le vide. Un vide comme une gueule béante prête à les bouffer, tout petits vulnérables qu’ils sont.

Il faut descendre. Oublier sa peur. Ne penser qu’à être libre...

Armand passe le premier, mais... mince ! Il se loupe, et tombe ! Le choc, violent, le laisse estropié. Le plan vient de capoter.

Le Mont, et après ?

Armand quitte le Mont en janvier 1843, transféré dans une autre prison. Libéré en 1848 mais à nouveau arrêté, il meurt en exil en Hollande en 1870, sans jamais avoir revu la France. Mais en ayant vécu la proclamation de la République et la chute du Second Empire.

Auguste, lui, se meurt au Mont : tuberculose...

On le transfère à la prison-hôpital de Tours en 1844, histoire qu’il ne crève pas. Hé, sinon, il ne fera jamais sa peine jusqu’au bout ! Remis sur pieds, libéré, Blanqui ne s’arrête pas : un nouveau coup d’éclat lui vaudra la prison au fort du Taureau à Morlaix, en 1871...