La prison de la Tournelle, bouche de l'Enfer de Paris

Vinaigrette 0
Porte St-Bernard et la Tournelle - ©Internet Archive Book Images / Public domain Porte St-Bernard et la Tournelle - ©Internet Archive Book Images / Public domain
Pont de la Tournelle de Paris Pont Emprisonnement

Chaînes et tours

Tournelle ? Une tour carrée de l'enceinte médiévale de Philippe Auguste construite vers 1185... qui se trouvait à l’angle du pont actuel, sur le quai de la Tournelle. La tour défend le passage de la Seine avec une autre tour située dans l’île Saint-Louis, la tour de Loriot, dit Dictionnaire historique de la ville Paris et de ses environs de Pierre Hurtaut.

On a attaché à ces tours, devinez quoi... des chaînes. Mais des maousses, hein, d'énormes chaînes qui traversent le fleuve pour empêcher le passage des bateaux. Et c’est à partir de 1632 que le roi choisit la Tournelle pour foutre au trou les condamnés aux galères.

Des prisonniers en attente du départ pour le bagne de Toulon, de Rochefort ou de Brest. Un voyage qui se fait 2 fois par an, en mai et septembre dit le bouquin Connaissance du Vieux-Paris de J. Hillairet.

La fée édentée

Avant, les galériens croupissaient à la Conciergerie dans des conditions dégueulasses… merci qui ? Merci saint François de Paule, témoins de leur quotidien inhumain et qui intervient auprès du roi. Alors, voui, les conditions de détention sont meilleures, à la Tournelle.

Mais c’est pas Byzance non plus, hein ! Les galeries du Palais de justice de Paris (vol. 4) d’Amédée de Bast dit que pendant les crues, les prisonniers ont de l’eau jusqu’au milieu du corps, dans les cachots. C’est :

« Un cloaque d’où partaient comme d’une bouche de l’enfer, à toutes les heures du jour et de la nuit, des cris, des imprécations et des jurements affreux. Des cliquetis de chaînes, car les condamnés, parqués 5 par 5 dans d’étroits cabanons, avaient les fers aux pieds et aux mains, se mêlaient constamment à des rugissements féroces ou à des refrains obscènes.

Objet de terreur pour les criminels, objet de crainte et de dégoût pour les citoyens, cette prison de la Tournelle, accroupie sur les bords du fleuve comme une fée édentée et malfaisante, semblait receler dans son giron de pierre tous les instincts immoraux de la populace de Paris. »

La prison ferme en 1790 et la Tournelle se fait démolir.


Et encore !