La praline de Montargis, l'histoire du p'tit péché mignon du maréchal

Vinaigrette 0
Les pralines - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Les pralines - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Spécialité

Késako ?


Praline rime avec... Montargis ! Petite ville du Loiret où l'on trouve chez le confiseur Mazet les vraies pralines, véritable fleuron de la gastronomie française ! Un confiseur qui garde jalousement la recette initiale de 1636... Mais c'est quoi, cette praline, alors ?

C'est une amande grillée et caramélisée : celle de Montargis se reconnaît entre mille grâce à sa coque de caramel croquant d'un beau brun brillant. On les trouve aujourd’hui au caramel beurre salé, à la cerise, à l'orange parfumée à la girofle.

La petite histoire


« Mais quelle idée lumineuse a eu mon maître d'hôtel en créant ces petites sucreries ! », a dû se dire monsieur le maréchal de Plessis-Praslin. Et pourtant, ça tient à peu de chose... Clément Jaluzot, maître d'hôtel mais aussi officier de bouche du maréchal et duc de Choiseul, a fait simplement griller des amandes dans du sucre, sans se douter que son maître adorerait ! La cour du roi Louis XIII raffole aussi de ce bonbon !

Fort de son succès, voilà Jaluzot qui ouvre une petite boutique à Montargis en 1636, « Au maréchal duc de Praslin ». Une enseigne qu'on voit gravée sur la belle façade de la maison néo-gothique construite en 1920, actuel magasin... Quand on lui demande comment s'appelle ces douceurs, Jaluzot répond sans hésiter « Praslines »... en hommage au maréchal. On les a longtemps appelées les pralines Jaluzot.

Au tout début du XXe siècle, voilà qu'arrive Léon Mazet : ce confiseur formé dans les meilleures maisons s'installe place de la République à Montargis. Il vient de racheter la recette de Jaluzot ! Et va pour un immense succès ! Des boutiques ouvrent à Paris, Mazet s'impose comme LE nom de la praline...


Et encore !