La pierre de Draguignan et la légende de la fée

Vinaigrette 0
La pierre - ©Hogne / CC-BY-SA La pierre - ©Hogne / CC-BY-SA
Pierre de la Fée Mégalithe Légende

La légende de la fée

On l'appelle la Pierre de la Fée ou Peiro de la Fado à cause de la légende qui s'y rattache. Elle raconte qu'une belle petite fée aimait se promener dans la campagne habillée en bergère, tout en fredonnant des chansons.

Un jour, un jeune génie en tombe éperdument amoureux et ne tarde pas à la demander en mariage. La fée accepte à une condition, que leur union soit célébrée au-dessus d'une grande table en pierre. Le jeune homme croit savoir de quoi elle parle : de ces pierres qui s'amassent en bas de la montagne.

Il lui suffit de faire appel à la magie pour reconstituer l'autel et permettre aux premières pierres de s'élever à la verticale. Facile ! Mais pour la dernière, rien à faire, elle ne bouge pas ! Le jeune homme perd peu à peu courage et se rend compte de la cruelle réalité : ils ne se marieront jamais !

Alors la fée, si triste aussi, vient une nuit pour lancer un sort aux pierres : hop, en un soupir, la dernière pierre vient se placer sur les autres ! La fée attend patiemment que son fiancé se lève, pour qu'enfin leur mariage puisse avoir lieu !

Mais au lieu de ça, le jeune homme voit la pierre posée et s'étrangle de douleur, humilié par sa bien-aimée. Celle qu'il aimait de tout son cœur avait une magie bien plus puissante que lui, le faisant passer pour le dernier des imbéciles... Il finit par mourir de chagrin.

Le Guide de la Provence mystérieuse ajoute que la fée, aussi triste soit elle, a survécu à son fiancé. Mais elle aurait tout simplement disparu ! Elle reviendrait certaines nuits hanter le dolmen, surveiller les bijoux qu'elle avait caché là.

On dit qu'une jeune fille pure pourrait recevoir une poignée de bijoux issue du trésor caché sous le dolmen, dans un trou que la fée ouvrirait d'un coup de baguette magique. Mais personne n'a jamais réussi à avoir le moindre petit bout de trésor...

Une sépulture, vraie prouesse technique

A un kilomètre de Draguignan, voilà le dolmen (de dol « table » et men « pierre ») le plus important de Provence, avec ses 2 m de haut ! Bien campée sous l'ombre protectrice des arbres qui l'entourent, celle qu'on appelle « la pierre de la Fée » se trouve à quelques pas de l'ancienne voie Aurélienne, qui allait de Rome jusqu'en Gaule en passant par Fréjus et pour finir à Riez. Mais le dolmen ne remonte pas à l'époque romaine, vous vous en doutez...

On a fait des fouilles en 1844 et on a découvert près du dolmen quelques débris : armes, silex, boutons en os, ossements... Oui, notre dolmen est en fait un lieu de sépulture ! Lieu construit par la tribu celte des Oxybiens qui occupait la zone de l'actuelle Draguignan.

Le dolmen se compose de 3 pierres debout recouvertes par une quatrième, posée à l'horizontale. Les pierres utilisées ont dues être extraites de carrières se trouvant tout près d'ici, dans un rayon de 400 et 1 400 m. Mais il faut imaginer le travail titanesque pour tailler et traîner ces pierres, les hisser ensuite...

On ne sait pas par quel moyen et avec quels outils les hommes sont parvenus à cette prouesse. Mais quand on voit le prodige des pyramides en Egypte, après tout... on se dit que l'homme ne manque pas de ressources !

3 arbres typiquement provençaux encadraient le dolmen : un chêne, un micocoulier et un genévrier, « les trois arbres des Celtes méridionaux », nous dit le Guide de la Provence mystérieuse (éd Tchou).


Et encore !