La mort tragique du chevalier de Pontblanc à Lannion

Vinaigrette 0
La plaque - ©Michel Lefrancq / CC-BY-SA La plaque - ©Michel Lefrancq / CC-BY-SA
Plaque commémorative du chevalier de Pontblanc Maison Destin tragique Guerre de Succession Bretonne

Oyé oyé écoutez la sombre histoire du chevalier de Pontblanc ! Il existe une rue Geoffroy de Pontblanc à Lannnion. En bas de cette rue se trouve une croix en granit encastrée dans le mur portant la date de 1346 ainsi qu'une plaque disant :

Ici succomba héroïquement en défendant la ville de Lannion contre les Anglais le sire GEOFFROY DE PONTBLANC, chevalier.
Ca évoque un souvenir, quelque chose ? Mais quoi ? Oh, les bouquins d'histoire n'en parlent pas, pourtant... Savez-vous qu'à cet endroit précis le brave chevalier de Pontblanc a perdu la vie ?

Nous sommes en 1346. A cette époque, Jean de Montfort et Charles de Blois se sont lancés dans une guerre sans merci, la Succession bretonne, pour savoir sur quelle tête va se poser la couronne ducale. A Lannion, on soutient Charles, le neveu du roi de France Philippe VI. Montfort, lui, a les Anglais de son côté, postés à la Roche-Derrien. Une nuit, ces Anglais décident de faire un petit tour du côté de Lannion. En silence, les voilà qui franchissent les murailles de la ville par la rue de Tréguier.

Ils se mettent à piller les maisons, à agresser les gens. Alors, alerté par le boucan et les cris de panique, un chevalier dormant dans son hôtel se réveille et dresse l'oreille. Il s'appelle Geoffroy de Pontblanc, un noble chevalier de Plouaret. Il se saisit de son épée et descend dans la rue, à moitié tout nu ! Là, il commence à repousser l'ennemi. Il donne des coups à droite, à gauche ! Il se débat ! Il embroche l'Anglais ! Son épée se brise, tant pis, il dégaine son couteau qu'il brandit et avec lequel il fait reculer l'ennemi !

Mais voilà, à un moment il se retrouve pris au piège contre le mur d'une maison... Aah, sa rage ne fait que redoubler ! Il continue de se battre courageusement, et le renfort commence à arriver. Mais le chevalier est parti se battre sans son armure... Acculé, un archer le blesse lourdement sans qu'il n'ait rien pu voir dans la nuit noire. Il tombe. Il agonise... Les ennemis s’acharnent sur son corps qu'ils mutilent et mettent en pièce...

L'historien Pierre-Sébastien Laurentie dit dans son Histoire de France :
Il n'a manqué à monseigneur Geoffroy de Pontblanc que d'être né au bord du Tibre, au temps d'Horatius Coclès, pour être un grand citoyen.
Bah, tant pis pour lui ! Aujourd'hui, il a sa plaque, sa croix et quand même, une rue de Lannion porte son nom... pour qu'on oublie pas que l'Histoire s'écrit souvent malheureusement dans le sang et qu'il faut le courage de certain pour faire avancer les choses...


Et encore !