La mort mystérieuse du sosie de Napoléon Bonaparte sur les Champs-Elysées !

Vinaigrette 0
Portrait de Lebon ; la découverte de son corps - ©Internet Archive Book Images / Public domain Portrait de Lebon ; la découverte de son corps - ©Internet Archive Book Images / Public domain
Avenue des Champs-Elysées de Paris Rue Quartier Homicide Napoléon Ier

Un crime mystérieux... le soir du sacre du petit général Corse Bonaparte, qui le faisait devenir Napo Ier. Soit le 2 décembre 1804.

Philippe Lebon, 35 ans, l’ingénieur inventeur de l’éclairage au gaz en 1799, se fait assassiner dans un recoin obscur de l’avenue des Champs-Elysées. Du temps où celle-ci ressemblait à un cloaque mal éclairé... un comble !

L'heure du crime !

2 décembre 1804. Philou revenait tranquillou de la cérémonie du sacre de Napoléon Bonaparte, à Notre-Dame de Paris. Qu’a-t-il bien pu se passer ?!

Des passants le retrouvent le lendemain matin, au milieu de la brume et du froid piquant qui nimbent les Champs-Elysées. Le corps dans une mare de sang, criblé de 13 coups de couteau.

Un sosie un peu trop parfait

Meurtre ? Crime crapuleux ? Accident ? On n’a jamais identifié le coupable. Un banal fait divers, quoi.

Si ce n’est la ressemblance troublante de Lebon avec l’empereur ! Même cheveux plaqués sur le front, même corpulence, même taille, même veste boutonné... et même date de naissance, 1769 !

Alors ?! Serait-ce un coup des royalistes qui auraient assassiné Lebon, le prenant pour Napo ? En ces temps troublés post Révolution Française, les royalistes voient en Bonaparte un usurpateur et voudraient bien le retour de la monarchie...

Une invention qui fait un flop

Philippe n’a pas eu de bol. Il bosse comme un fou sur son projet, sa thermolampe à gaz, qui permet de chauffer et d’éclairer... Il obtient même un brevet en 1799.

Tac : en 1802, il illumine l’hôtel de Seignelay au n° 80 de la rue de Lille, à Paris. Les gens en prennent pleins les mirettes, mais les critiques ne tardent pas à fuser : ça serait-y pas dangereux, coûteux, tout ça ?!

Bon ben, ça ressemble à un flop, finalement !

Quand les Anglais s'en mêlent

Mais entre temps, en Angleterre, un certain Murdoch travaille lui aussi sur le gaz d’éclairage.

C’est à la mort de Philippe qu’il prend connaissance de ses travaux et se base largement dessus pour installer le 1er système d’éclairage public à Londres, en 1807...

Autant vous dire qu'on a pensé un moment que les Anglais étaient derrière le meurtre de Lebon !

D’ailleurs, 10 ans plus tard, ce sont les Anglais qui installent les premiers réverbères à gaz à Paris, au passage des Panoramas !

Et ce pauvre Lebon n’est plus qu’un vague souvenir... Au moins, vous saurez maintenant comment il est mort, dans cette avenue des Champs-Elysées qui, aujourd’hui, n’a jamais été aussi bien éclairée !


Et encore !