La mort du cardinal Pierre de Bérulle à l'Oratoire du Louvre

Vinaigrette 0
Buste provenant du tombeau de Bérulle, église Saint-Eustache - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Buste provenant du tombeau de Bérulle, église Saint-Eustache - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Oratoire du Louvre Eglise paroissiale

Les mots ne sortent plus de sa bouche.

Il s’arrête, cligne des yeux. Essaie de se reprendre.

Mais non, ça ne va vraiment pas.

La messe va être de courte durée, on dirait... Il s’accroche à l’autel, mais finit par s’écrouler. Raide mort.

On est le 2 octobre 1629, dans l’église de l’Oratoire du Louvre. Le cardinal Pierre de Bérulle vient de mourir, à 54 ans.

Un proche du pouvoir royal

Bérulle ? Il a toujours voulu la paix et l’entente : négociateur de la paix avec les chefs protestants en 1600, promu cardinal en 1627, il se rapproche de Marie de Médicis et devient son chef du Conseil.

En face, le cardinal Richelieu (qui le déteste) et le roi Louis XIII, le fiston de Marie.

Pierre parvient à réconcilier le fils et la mère, mais Richelieu le dégage vite fait de la Cour.

Bérulle réforme la religion

L'ordre de l'Oratoire

Mais surtout, c’est Bérulle qui réforme le catholicisme, avec la fondation de l’ordre de l’Oratoire, en 1611.

Son but ? Donner un enseignement solide au clergé de France. Former des prêtres désintéressés des biens matériels, tournés vers une foi plus pure.

Succès immédiat : les maisons de l’Oratoire se multiplient !

L'oratoire du Louvre

La maison-mère des Oratoriens fonde une chapelle ici, à l'Oratoire, en 1616.

Un oratoire construit par le célèbre architecte Clément Métezeau (créateur de la place ducale de Charleville-Mézières), qui devient l'endroit où tout le gratin s'amasse pour écouter les grands orateurs du moment.

La façade actuelle date du XVIIIe s. Napoléon Ier affecte la chapelle au culte protestant en 1811 : d’où la statue dédiée à l’amiral Gaspard de Coligny

Les vestiges du tombeau de Bérulle

Mais finissons avec Bérulle ! On inhume sa dépouille dans l’Oratoire du Louvre, son cœur dans une chapelle du couvent des Carmélites de la rue Saint-Jacques à Paris.

Du monument funéraire de l’Oratoire reste le buste, aujourd’hui visible à l'église Saint-Eustache (voir notre photo).

Le tombeau du cœur se trouve lui au musée du Louvre, dans l’aile Richelieu !


Et encore !