La Montade et la Dévalade de la vierge noire de Besse-et-Saint-Anastaise

Vinaigrette 0
L'église - ©Tangopaso / Public domain L'église - ©Tangopaso / Public domain
Eglise Saint-André de Besse-et-Saint-Anastaise Eglise paroissiale

On trouve une petite Vierge noire, dans l’église Saint-Anastaise de Besse : Notre-Dame de Vassivière.

Mais uniquement l’hiver ! L’été, elle se trouve à Vassivière, dans la chapelle Notre-Dame, à une dizaine de kilomètres de Besse. Mais... pourquoi deux maisons ?

De Vassivière à Besse

La vierge noire de Besse nous vient de Vassivière, à 6 km de là.

On y trouve une toute petite chapelle aux murs couleur de rouille, noyée dans une immense étendue verte et vallonnée.

C'est dans cette chapelle, que se trouve la statue de notre vierge noire, depuis des temps immémoriaux... Les habitants de Besse ne manquaient jamais de venir la prier.

Aveugle sur le champ !

Jusqu'à ce jour de 1547... Un voyageur, Pierre Gef, refuse de saluer la statue.

La Vierge voit rouge. Toi, tu ne perds rien pour attendre ! Tac : l'homme devient aveugle sur le coup, et ne recouvre la vue qu’en faisant amende honorable !

Téléportation

Le miracle fait du bruit : les habitants décident d’installer leur Vierge chérie dans l’église de Besse.

Mais le lendemain, surprise : on la retrouve à Vassivière ! Trois fois, l'histoire se reproduit. A chaque fois qu’on la ramène à Besse, crac ! Elle se téléporte.

Bon, apparemment, Marie voulait sa chapelle à Vassivière. Alors on reconstruit, en 1556, celle qu'on voit encore aujourd'hui !

Montade et Dévalade

De ce petit miracle est née une procession religieuse, toujours célébrée de nos jours.

Je vous explique !

En hiver, la vierge noire se trouve bien au chaud dans l'église Saint-André de Besse.

Le premier dimanche de juillet, on la remonte à la chapelle de Vassivière : c'est la montée ou « Montade ».

On la redescend à Besse le dernier dimanche de septembre : on appelle ça la « Dévalade » !

L'origine du nom de Vassivière

Le nom de Vassivière viendrait du patois du coin « vas-y vère (voir), pèr y crère (croire) »... ce qu’on disait à celui qui ne croyait pas. On lit ça dans Histoire des principaux sanctuaires de la mère de Dieu (Firmin Pouget, 1847)...

En fait, une source sacrée, la Chapeloune, coule en contrebas de la chapelle de Vassivière : de là vient son nom celte, vas iver, « temple de l’eau » !


Et encore !