La légende de l'ogresse de Talmont-Saint-Hilaire

Vinaigrette 0
L'intérieur - ©Chatsam / CC-BY-SA L'intérieur - ©Chatsam / CC-BY-SA
Château de Talmont-Saint-Hilaire Château Légende

On fait passer Béatrix de Machecoul, épouse de Guillaume de Mauléon, seigneur de Talmont... pour une ogresse.

Nous voilà au tout début du XIIe s. C’est une femme pieuse, généreuse, qui fait plusieurs fondations religieuses. Allez savoir pourquoi, les gens en ont fait, à sa mort, une ogresse assoiffée de sang, qui comme un certain Gilles de Rais dans la région, aimait croquer les marmots... On pense aussi à l’ogresse de Pontgibaud, cette pauvre comtesse Brayère qui elle aussi ne faisait pas de mal à une mouche...

Enfin, après tout, on dit que Béatrix fait des fondations religieuses et est généreuse avec les pauvres gens, mais... ça cache peut-être quelque chose de plus noir, non ? Voilà ce que dit la légende, vue dans La Vendée avant 1793 : légendes et récits, Pierre-L. Prunier, 1893...

On la dit cruelle et taciturne, abandonnée dans sa forteresse de Talmont par un mari parti en Terre-Sainte. On dit qu’elle se faisait servir des cœurs d’enfants à dîner ! Alors un jour, quand elle demande à son cuistot qu’il lui serve le cœur de son propre fils, argh... celui-ci y réfléchit à deux fois et préfère servir celui d’un chien errant.

Mais, pas folle, la guêpe... Même nappé sous une sauce onctueuse, elle sent bien quelque chose de différent, et n’en mange pas ! Le pauvre cuistot, affolé, se jette à ses pieds et pleure pour son fils. Non, ne le touchez pas, c’est la seule famille que j’ai sur terre... implore-t-il.

Vous le croirez ou pas, mais Béatrix, profondément touchée par autant d’amour, décide de laisser son ancienne vie derrière elle et de se consacrer à faire le bien autour d’elle, entre autre faire des fondations pour racheter ses horribles pêchés...


Et encore !