La légende de la mule de Saint-Pierre-le-Guillard

Vinaigrette 0
Tableau du miracle dans l'église - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA Tableau du miracle dans l'église - ©Anecdotrip.com / CC-BY-NC-SA
Eglise Saint-Pierre-le-Guillard Eglise paroissiale Miracle Légende

Miracle à quatre pattes


Du picotin pour la mule


Située sur sa petite place toute tranquille, l'église est contemporaine de la cathédrale Saint-Etienne et visiblement, elle en reprend le plan, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de transept et le déambulatoire possède des chapelles rayonnantes.

L'histoire nous dit qu'en 1220, un Juif du nom de Zacharie Guiard s'était embrouillé en parlant religion avec saint Antoine de Padoue, alors de passage à Bourges. « Allez, convertis-toi » dit le saint. « Ah non, je le ferais le jour où ma mule laissera son avoine pour aller adorer Jésus » répondit le Juif.

Le quadrupède en question n'avait que la peau sur les os, n'ayant pas mangé depuis des jours... On pariait que pour rien au monde elle ne laisserait son picotin... Mais le saint alla présenter une hostie devant les naseaux de la mule, qui brusquement quitta son avoine pour s'agenouiller devant.

Un problème avec la légende ?


Face à un tel miracle, Guiard se convertit illico au catholicisme et fit construire une église dédiée à Saint-Pierre ! Elle sera consacrée en 1230 par l'archevêque de Bourges Simon de Sully. Une huile sur toile du peintre Germain Picard (XVIe siècle) représentant la scène se trouve dans l'église...

Elle est bien jolie la légende, mais problème : une bulle du pape Alexandre III de 1164 mentionne déjà l'église comme ecclesia sancti Petri Guillardi ! L'édifice actuel datant du XIIIe siècle, cela voudrait dire qu'une autre église l'a précédé ! Bref...

L'église


On a là une église gothique, l'une des rares du département du Cher nous dit le petit panneau explicatif devant le monument. Les voûtes en pierre de la nef datent du début du XVIe siècle et ont remplacé une charpente toute en bois.

A l'intérieur, on a quoi ? Des vitraux de l'atelier Lobin du XIXe siècle, quelques peintures murales anciennes au mur comme sur les voûtes (XVe siècle), une chapelle fondée par Jacques Cœur qui porte son blason sur la clef de voûte... sans oublier que dans l'église se trouvait le tombeau de Jacques Cujas, célèbre jurisconsulte du XVIe siècle natif de Toulouse, officiant à l'université de Bourges, mort en 1590...


Et encore !