La fée Mélusine, une bâtisseuse de tour à La Rochelle

Vinaigrette 0
La tour - ©Jebulon / CC-BY-SA La tour - ©Jebulon / CC-BY-SA
Tour Saint-Nicolas Fortification Légende

Saint-Nicolas fait partie des trois tours qui défendent le port de La Rochelle, avec celle de la Chaîne et de la Lanterne.

Un des vestiges des fortifications de la ville...

On construit celle de Saint-Nicolas entre 1372 et 1384. Et vous savez quoi ? La légende dit que la célébrissime fée Mélusine l’a fondée !

Mélusine, originaire de Lusignan (86), en Poitou. Ce n’est pas bien loin de La Rochelle, alors pourquoi pas…

Mélusine et sa tour rochelaise

On raconte que Mélusine allait piquer les pierres des fortifications que faisait construire son mari, Raymondin, pour elle-même aller construire ses petits trucs dans son coin.

Voilà ce qu'en dit Jean d’Arras, dans son bouquin Mélusine (1394) :

« Et en celui temps fit fonder Mélusine nobles lieux par le pays qu’ils avoient dans le comté de Poitou et duché de Guyenne. Elle fit le château et le bourg de Parthenay si fort et si bel, que ce fut sans comparaison. Puis fonda les tours de la Rochelle et le château, et commença de la ville une partie. »

D'ailleurs, la tour Saint-Nicolas de La Rochelle porte encore au XVIIe s le nom de « tour Mélusine » !

La vengeance de Mélusine

Mais la célèbre fée a déjà frappé, tout près de La Rochelle. Où ?? A Châtelaillon.

Le Roman de Mélusine (1394) de Jean d’Arras précise :

« Et avait une tour grosse à 3 lieues près de la Rochelle, que Julius César fit faire et l’appelait la tour Aigle, pour ce que Jules portait l’aigle en sa bannière comme l’empereur. Et cette tour fit la dite dame Mélusine environner de grosses tours et de forts murs, et la fit nommer Chastel Aiglon. »

Voui, sauf qu’à Châtelaillon, la fée ne s’est pas contentée de poser les pierres fondatrices. Elle est aussi à l’origine de sa destruction !

Le seigneur du lieu était un tel sans cœur, qu’elle décida de faire s’abattre les vagues sur la ville.

Là, dans une tempête incroyable, le vent hurlant comme une meute de loups démoniaques, Mélusine déguisée en pauvresse vient toquer à la porte du seigneur. Qui la rembarre violemment.

Mélu maudit alors la ville, qui à compter de ce jour, « périra chaque jour d’un sou et d’un denier » et perdra chaque jour une pierre sous la violence des vagues.

Une pierre quotidienne que la fée en personne venait retirer, pour s’en aller construire ailleurs... la tour Saint-Nicolas de La Rochelle, peut-être ?


Et encore !