La colique de Louis XI... au château du Plessis-Macé !

Vinaigrette 0
Le château primitif - ©Manfred Heyde / CC-BY-SA Le château primitif - ©Manfred Heyde / CC-BY-SA
Château du Plessis-Macé Château Château de la Loire

Anecdote scatologique, mais véridique ! Donc carrément immanquable pour nous tous, chasseurs de petites histoires croustillantes...

Le chambellan reçoit le roi

L'anecdote se déroule en 1472.

A l'époque, le Plessis-Macé appartient à Louis de Beaumont. Brave chevalier, chambellan et conseiller du roi Louis XI : on lui doit la reconstruction du château actuel !

Une fois les travaux achevés, il reçoit Louis XI, justement, pour une partie de chasse endiablée dans la forêt voisine.

Gargouillis inopinés

S’était-il goinfré à table juste avant ou pas ?!

En tout cas, Louis XI, balloté par le trot de sa monture à la recherche du gibier, commence à être pris de gargouillis, flatulences et autres joyeusetés stomacales.

Diantre, comme on dit alors ! Il fallait se rendre à l’évidence, de violentes coliques venaient de prendre le roi en plein bois...

Pitié !

Super bien avisés, ses conseillers murmurent à Louis de s'en remettre à sainte Emérance.

Elle guérissait les coliques (ça tombe bien) et avait son petit oratoire non loin de là, au bourg de la Pouëze !

Rââh, le roi ne tient plus : si la sainte le soulageait, il lui construirait une chapelle, juré !

Il descend de cheval et s’en va se soulager… au pied d’un chêne.

Alléluia : les douleurs avaient disparu, et le roi réapparaît, frais comme un gardon.

Emérance et le mal de panse

N’oubliant pas sa promesse, Louis XI fait fonder une chapelle, à la place du vieil oratoire, où on la voit toujours !

Le lieu d’un pèlerinage très important : Emérance est une sainte particulièrement vénérée en Anjou.

Un dicton dit d'ailleurs : « Allons prier sainte Emérance Qui guérit du mal de panse. »

On espère que les pèlerins ne savaient pas quel évènement avait conduit à la fondation de ce lieu de culte un peu particulier !


Et encore !