La chapelle des Pénitents Gris et le coup de Moïse et de la mer Morte

Vinaigrette 0
La façade - ©Reinhardhauke / CC-BY-SA La façade - ©Reinhardhauke / CC-BY-SA
Chapelle des Pénitents Gris Chapelle Catastrophe naturelle Miracle

Une toute petite chapelle

La jolie petite rue que voilà, la rue des Teinturiers ! La Sorgue coule discrètement d'un côté, et là, en traversant un tout petit pont de pierre, voilà la chapelle ! Elle a été construite sur une ancienne chapelle dédiée à Sainte-Croix. Des décors d'ordre ionique et deux petits pénitents décorent le haut de la modeste façade avec l’inscription VENITE ADOREMUS, « Venez et adorons ».

On passe par un grand vestibule lambrissé pour atterrir dans une rotonde de style corinthien. Là, nous voilà dans la chapelle de la Confrérie des Vignerons ou Notre-Dame-de-Bon-Confort. La rotonde ouvre ensuite sur une nef donnant sur l'autel de Notre-Dame-de-la-Délivrance, puis sur la nef principale dite du Miracle. Un miracle oui, parlons-en...

Sacré miracle !

Pas n'importe lequel, celui de la séparation des eaux en 1433 : le 29 novembre, le Rhône, la Durance et la Sorgue se liguent pour déborder et inonder la ville basse d'Avignon. Une crue telle que le 30 novembre, les eaux arrivent jusqu'à la porte de notre chapelle et montent toute la nuit. Le lendemain, les Pénitents arrivent devant l'église en barque, inquiets.

Mais là, ils découvrent avec surprise que les eaux, comme le coup de la mer Rouge avec Moïse, s'étaient séparées pour laisser la chapelle au sec ! Les eaux se retirent complètement le 1er décembre et on constate qu'en effet, les objets et les livres présents dans la chapelle n'ont pas été mouillés. Pas une goutte !

Plusieurs pénitents ont été témoins de la scène. Ils rapportent tous avoir trouvé « les eaux de la hauteur de quatre pans, partagées des deux côtés en forme de toit et ayant un chemin sec et libre au milieu de la chapelle, pour pouvoir aller à l'autel et au tabernacle où le Saint-Sacrement était exposé ».

Du coup, les Pénitents Gris décident de célébrer le jour anniversaire de ce prodige le 30 novembre : la corde au cou, pieds nus, ils rampent à genoux jusqu'à l'autel du Saint-Sacrement. Une cérémonie en rapport avec la naissance des Pénitents Gris, on va le voir...

La Confrérie des Pénitents Gris

Cette confrérie date du XIIIe s, fondée par le roi Louis VIII après la prise de la ville d’Avignon. Voilà comment se déroula la chose : Avignon appartenait alors au comte de Toulouse, Raymond VI. Ne manquaient plus que les Albigeois pour l'assiéger ! C'est sans compter sur le roi Louis VIII, qui leva une armée pour aller bouter les intrus.

Le 14 juin 1226, il débarque avec ses hommes. Le 8 septembre suivant, il les avait mis à la porte ! A la suite de la reddition, le roi décide d'aller prier en remerciement dans la chapelle Sainte-Croix, située en dehors des remparts : il s'y rend revêtu d'un simple sac en toile, les pieds nus !

Le 14 septembre, jour de l’exaltation de la Sainte-Croix, on organise une grande procession pour porter le Saint-Sacrement à Sainte-Croix, les gens revêtus d'un sac gris, la tête et les pieds nus, une torche à la main. Voilà la confrérie née, dédiée à l'adoration du Saint-Sacrement !

On a appelé ensuite les Pénitents les « flagellés gris » à cause des flagellations qu'ils s'infligeaient régulièrement tous les vendredis... En 1694, l'archevêque d'Avignon Laurent de Fiesque vient dans la chapelle donner le droit d’exposer le Sacrement toute l'année et de faire aménager un plus beau tabernacle, en marbre noir.

Un tabernacle malheureusement détruit à la Révolution, tant pis pour nous ! La chapelle est vendue en 1792 et transformée en entrepôt. Rendue au culte en 1815, elle nous ouvre aujourd'hui ses portes.


Et encore !