L'amphithéâtre, les Trois Gaules de Lyon, ses gladiateurs

Vinaigrette 0
L'amphithéâtre - ©Evan Bench / CC-BY L'amphithéâtre - ©Evan Bench / CC-BY
Amphithéâtre des Trois-Gaules Gallo-romain Festivités

Les Trois Gaules


Lyon a été la capitale, la caput Galliarum, la « tête » des Trois Gaules !

On entend par ce terme le découpage de la Gaule en 3 provinces impériales, établi par l’empereur Auguste : la Gaule lyonnaise, la Gaule Belgique et la Gaule Aquitaine.

Et qui dit capitale dit lieu de rassemblements importants ; tous les ans se retrouvent ici les 60 nations gauloises, à l'endroit du sanctuaire fédéral des Trois Gaules. Ce sanctuaire se trouvait dans la pointe que forme la Saône et le Rhône, quand les 2 fleuves se rejoignent (l'endroit s’appelait Condate, le « confluent »).

On avait là notre amphithéâtre, bien sûr, mais aussi un théâtre, un odéon et le sanctuaire fédéral avec son gigantesque temple dédié à Auguste et à Rome. Un monument important, attention, ce temple ! Puisque représenté sur la monnaie battue du temps d’Auguste... Le Grec Strabon en dit :
Ce temple, élevé en commun par tous les Gaulois à César Auguste, est bâti devant la ville de Lyon, au confluent de deux fleuves. Et il y a un autel remarquable portant les noms des 60 peuples gaulois. Il y a aussi leurs statues, chaque peuple en a une.


Des jeux, des gladiateurs


Lors de ces réunions des nations, on organise des jeux grandioses pour le peuple, dans notre amphithéâtre : courses de chars, combats de gladiateurs...

Pour preuve, les monuments funéraires de deux gladiateurs qui ont combattu ici : ceux de Callimorphus, secunda rudis ou prévôt d'armes, et de Hylas, prima rudis, maître d'armes.

D'où les inscriptions qu'on peut y lire : Deo Marti Augustus Callimorphus secunda rudis V.S.L.M, « Au dieu Mars Auguste, Callimorphus, gladiateur, seconde lame de sa troupe, avec reconnaissance, en accomplissement de son vœu » et Hylas dymacherus sive assedarius P VII RVI qui signifie « Hylas, gladiateur, combattant avec un glaive dans chaque main (dimachère), debout dans un char (éssédaire), ayant combattu 7 fois, première lame de sa troupe. »

Vous pouvez voir aujourd’hui ces deux autels, retrouvés non loin de l'amphithéâtre, dans le musée gallo-romain de Lyon...


Et encore !